Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

PSA

PSA

Economie, entreprise, industrie Vendredi 27 Juillet 2012 à 10:40

Arnaud Montebourg : "je me bats pour sauver les emplois car un emploi sauvé, c'est déjà une victoire"

Le ministre du redressement productif était ce matin l'invité d'Europe 1 où il s'est exprimé sur l'avenir de la filère automobile française.

Arnaud Montebourg se rendra vendredi 27 juillet aux côtés de François Hollande chez l'équipementier Valeo, un modèle du genre qui compte 15.000 employés sur le territoire français et a localisé ses laboratoires en France.

L'occasion pour le ministre de revenir sur le plan automobile présenté le 25 juillet :

"Nous concentrons nos efforts sur la voiture propre et populaire produite en France."

Arnaud Montebourg rappelle l'état inquiétant de la filière automobile en France avec 30% des emplois perdus en 10 ans et un million de voitures produites en moins sur le territoire depuis 2005. Le plan automobile vise à enrayer les destructions d'emplois et à favoriser la création de nouveaux. Le ministre le rappelle :

"Je me bats pour sauver les emplois, car un emploi sauvé, c'est déjà une victoire."

Ce plan ambitieux va injecter un demi-milliard d'euros dans la filière afin de maintenir les sites mais le ministre la rappelé, ce plan, c'est du "donnant-donnant" car "les aides publiques que les contribuables donnent à la nation exigent des contreparties". 

Sur le cas PSA, dont le rapport d'expert sera rendu public lundi, Arnaud Montebourg l'a répété : "les travailleurs d'Aulnay ont droit à un contrat de travail dans des entreprises industrielles proches de leur territoire de résidence".

>> A lire : Plan de soutien à la filière automobile : "le gouvernement a choisi l'offensive"