Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

    Élections 2012 - Présidentielle et législatives

    Élections 2012 - Présidentielle et législatives

    Vie du PS Lundi 23 Avril 2012 à 11:18

    Aubry : «c'est la première fois dans la 5ème République qu'un candidat passe devant le président sortant»

     
    La Première secrétaire du PS était l'invitée de RTL ce lundi 23 avril, retrouvez son intervention.
     

     

    Il faut s'adresser à tous ceux qui aujourd'hui ne supportent plus la France telle qu'elle est devenue

    Martine Aubry a réagi aux résultats du premier tour de l'élection présidentielle : «les Français ont clairement dit hier qu'ils voulaient un changement de politique et un changement de président. C'est la première fois depuis la 5ème République qu'un candidat passe devant le président sortant». «Ce n'est pas gagné, (…) heureusement l'ensemble des forces de gauche ont appelé à voter pour François Hollande».
     
     
    «Il faut que le score du 6 mai soit le plus haut possible pour François Hollande : pour que cette force populaire lui permettre de redresser rapidement la France, de recréer des emplois, de remettre la justice». «Il faut s'adresser à tous ceux qui aujourd'hui ne supportent plus la France telle qu'elle est devenue».
     

    Ce qui aurait été démocratique c'est qu'on parle des problèmes des Français dès le début de cette campagne

    Interrogée sur la volonté de Nicolas Sarkozy de faire trois débats avec François Hollande dans l'entre deux-tours, Martine Aubry a répondu que François Hollande avait fait des propositions, il a dit comment il les financerait et ce qu'il ferait dès la première année,« je propose donc au président sortant non pas 3 débats mais 3 principes : arrêter les invectives, arrêter les contre-vérités et pas de faux-semblant».
     
     
    «Ce qui aurait été démocratique c'est qu'on parle des problèmes des Français dès le début de cette campagne, c'est-à-dire qu'on puisse parler plus d'emploi, plus de pouvoir d'achat, plus d'éducation, plus de l'Europe et de l'avenir de la France dans le monde».
     

    Le Front national a été alimenté par la crise et les promesses non tenues

    La Première secrétaire a analysé les scores du FN en ces termes : «le Front national a été alimenté par la crise, par les promesses non tenues, par la faillite morale. je m'adresse à tous ces gens qui pensent que la politique ne peut plus rien pour eux pour leur dire qu'ils sont au coeur du projet de François Hollande : remettre la justice partout, recréer des emplois».