Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

    Economie, entreprise, industrie Vendredi 20 Juillet 2012 à 11:20

    Bruno Le Roux : "il fallait prendre des mesures de justice pour les Français"


     

    Ce matin sur France Info, Bruno Le Roux était interrogé sur l'adoption ce matin, aux aurores, du collectif budgétaire 2012. Le président du groupe Socialiste à l'Assemblée nationale est revenu sur l'objectif poursuivi par la majorité : trouver de nouvelles recettes en réduisant le déficit de 4,5%, par le biais de mesures justes pour les Français.

    Sur la contribution exceptionnelle, les patrimoines supérieurs à 4 millions d’euros subiront une forte augmentation d'impôts.

    Bruno Le Roux explique: 

    "Dans une telle période, un effort doit être demandé à tous les Français, notamment à ceux qui peuvent le plus. Il y a certaines personnes dans notre pays qui s'étaient habituées à ne plus contribuer à l'impôt (...). Le seul impôt qui avait été baissé en période de crise, c’était l’impôt de solidarité sur la fortune.

    Nous sommes revenus à une contribution qui soit juste, normale même si elle est rude, des plus grosses fortunes de notre pays. Il y a un patriotisme chez tous les Français, je veux y croire."

     

    Il a ajouté, concernant la priorité accordée aux familles :

    "Nous allons revaloriser de 25% l'allocation de rentrée scolaire, ce qui va représenter entre 250 et 300 euros pour 9 millions de Français pour aborder la prochaine rentrée."

     

    Enfin, interrogé sur les indemnités des députés, Bruno Le Roux a déclaré :

    "Je pense que la grande majorité des députés les utilisent pleinement et de la meilleure façon. [Néanmoins], j’ai demandé au président de l’Assemblée nationale et j’ai souhaité y associer cette nuit tous les présidents de groupe, à ce que nous réfléchissions à ce que pourrait être une plus grande transparence, puisqu’il y a une demande."