Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

Le changement

Le changement

Economie, entreprise, industrie Mercredi 1 Août 2012 à 12:38

Bruno Le Roux : "notre règle d'or, c'est la justice"

Bruno Le Roux, président du groupe socialiste à l'Assemblée était l'invité de France Inter mercredi 1er août, l'occasion de revenir sur la session extraordinaire et le vote du collectif budgétaire.

Pour le député, ce vote était primordial car dans le budget initial "rien n'était sincère", le précédent gouvernement a volontairement surrestimé les recettes de croissance pour "endormir les Français" et voter un budget non équilibré. Le but de ce collectif budgétaire était de redresser la France et de prendre des mesures de justice car un certain nombre de Français avaient été exonérés d'effort.

"Alors que 2007 était l'institutionalisation des privilèges [avec le bouclier fiscal], nous, nous avons voulu faire revenir la justice au coeur de la décision publique."

Concernant la question particulière des heures supplémentaires refiscalisées, Bruno Le Roux a tenu à indiquer que par cette mesure le gouvernement précédent avait tenu à masquer son échec en terme d'emplois : "ils ont laissé augmenter le chômage sans y trouver le moindre remède".

"Les heures supplémentaires ont été un complément de salaire pour quelques uns avec un coût de 4,5 milliards financé par tous les Français. [...] Ce n'est pas aux Français qui ne font pas d'heures supplémentaires de payer le coût d'une mesure de défiscalisation."

Pour le président du groupe socialiste ces mesures marquent le sceau du nouveau quinquennat :

"Nous essayons de faire revenir notre règle d'or au coeur du débat public : c'est la justice"

Pour Bruno Le Roux il ne s'agit pas d'une volonté primordiale de détricoter ce qu'a entrepris l'ancienne majorité mais bien de "racommoder la société et de la réformer véritablement".