Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

    Législatives

    Législatives

    Vendredi 15 Juin 2012 à 15:02

    Cinq raisons de voter pour les candidats du changement le 17 juin

    Le 17 juin aura lieu le second tour des élections législatives. Vous hésitez ? Vous voulez convaincre autour de vous ? Voici 5 raisons de voter pour les candidats de la majorité présidentielle au second tour des élections législatives dimanche 17 juin. N'hésitez pas à les diffuser autour de vous !

    1) Pour donner une majorité au changement

    François Hollande, notre président, a besoin d’une majorité forte à l’Assemblée nationale. Après l'élection présidentielle, les législatives doivent donner une majorité au changement pour permettre au président et au gouvernement de porter le projet adopté par les Français le 6 mai. Il faut une majorité claire, c'est la condition de la réalisation des 60 engagements de François Hollande

    >> François Hollande: «une majorité pour le changement»

     

    2) Parce que le gouvernement tient ses engagements

    Baisse des rémunérations du président et des ministres, retrait d'Afghanistan, charte de déontologie pour les ministres, revalorisation de l'allocation de rentrée scolaire, retraite à 60 ans pour ceux qui ont leurs annuités... De nombreux engagements pris par François Hollande ont déjà été mis en oeuvre par le gouvernement. La majorité présidentielle tient les engagements pris par François Hollande devant les Français.

    >> Notre dossier «engagements tenus»

     

    3) Pour pouvoir mettre en oeuvre tous les engagements de François Hollande

    Pour pouvoir voter les lois promises par François Hollande, il faut une majorité à l'Assemblée ! «Nous avons tant de projets devant nous!», ont résumé Martine Aubry et Jean-Marc Ayrault à Nantes samedi dernier. 

    Pour pouvoir :

    • Annuler la hausse de la TVA décidée par Sarkozy,
    • Rétablir la justice devant l’impôt,
    • Défendre les services publics partout en France : école, santé, sécurité,
    • Créer une banque publique d’investissement qui soutienne nos PME et notre industrie,
    • Instaurer le contrat de génération qui réduira le chômage des jeunes et des seniors,
    • Mettre enfin les banques au service de l’économie,
    • Relancer une Europe de la croissance.

     et mettre en oeuvre tous les choix faits le 6 mai par les Français, il faut des députés de la majorité présidentielle.

    >> Les 60 engagements de François Hollande

    >> Ca s'arrête ou on continue? Regardez et diffusez notre clip

     

    4) Pour une majorité paritaire et renouvelée

    Loin de l'UMP et de ses 27% de candidates, le PS et ses partenaires, tout comme au gouvernement, présentent des candidats qui représentent la société d'aujourd'hui: parité, renouvellement, diversité.

    >> Les candidats de la majorité présidentielle

    >> «Le féminin de candidat»: regardez et diffusez notre clip

     

    5) Pour éviter le retour de la droite et de sa politique

    Si la droite revenait, toutes les mesures déjà prises par François Hollande seraient remises en cause, et la casse sociale repartirait de plus belle. Chômage, précarité, baisse du pouvoir d'achat : la politique de la majorité sortante a affaibli la France. Aujourd'hui cette droite qui a multiplié les ambiguités avec l'extrême droite est empêtrée dans les divisions et n'est pas en état de gouverner.  Voter pour les candidats de la majorité présidentielle avec François Hollande, c'est s'assurer d'avoir à l'assemblée des députés qui travailleront pour le changement et pas le contrôle de l'UMP.

    >> «Le dépôt de bilan de Nicolas Sarkozy»: notre infographie interactive

    >> Triste tableau d'une droite désormais incapable de diriger la France», par Charlotte Brun

    >> Vers l'UMPlosion?