Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

La riposte

La riposte

Vie du PS Mercredi 13 Juin 2012 à 16:11

Désintox: Front de gauche / FN, l'amalgame inacceptable

Pour justifier les ambiguïtés et les dérives de l'UMP vis-à vis du Front National, l'UMP a choisi de renvoyer dos-à-dos les alliances UMP-FN avec celles du PS et ses traditionnels alliés de gauche, en particulier le Front de Gauche.
Jean-Marc Ayrault répondait d'ailleurs ce matin à cette tentative d'intox.  "Est-ce qu'on peut mettre sur le même plan le Parti communiste et le Front national ?"

Cet amalgame est inacceptable, car en affirmant que le PS s'allierait ainsi avec des forces prétendument extrémistes et non démocratiques, l'UMP falsifie la réalité politique et historique, pour des raisons dangereuses d'opportunisme électoral. 
 
Décryptage d'une lecture de la politique et de l'histoire à plusieurs vitesses...

Le général de Gaulle, ennemi de la droite ?

Il semble tout d'abord que même le Général de Gaulle n'avait pas les préventions de M.Copé. En effet, au lendemain de la guerre, Charles de Gaulle a eu des ministres communistes dans deux de ses gouvernements.

Le Front républicain contre le FN, de la droite...au PCF

En 1987, Michel Noir disait  «Mieux vaut perdre une élection que perdre son âme». 
Dans les années 1990, malgré de nombreuses dérives, la droite, notamment grâce aux positions claires de responsables comme Jacques Chirac ou Simone Weil, a plusieurs fois manifesté le refus de s’allier avec le FN. Y compris en appelant à voter PCF contre le FN. 
Ce fut ainsi le cas dans la 10ème circonscription des Bouches-du-Rhône en 1993 où Jean-Claude Gaudin a soutenu...le communiste Guy Hermier face au candidat du Front national. A l'époque, le PCF semblait donc assez républicain aux yeux des leaders de la droite. Qu'est ce qui a changé pour que les traditionnels désistements PS/PCF deviennent inacceptable ? On voit bien qu'il ne s'agit que d'un prétexte pour ne pas assumer une dérive de la droite vers l'extrême-droite.

Valeurs républicaines communes

Plus fondamentalement, c'est la confusion autour des valeurs qui est inquiétante. Le PS et le PCF ne partagent pas toujours les mêmes options politiques, ni la même lecture critique de certains événements, mais la gauche a une histoire et un socle de valeurs communes en héritage. 
En France, le Front populaire, la Résistance, le gouvernement provisoire de la République Française, les gouvernement avec des ministres communistes, sous François Mitterrand, la gauche plurielle, les milliers de communes gérées par des alliances de gauche, ont montré que la gauche, dans ses différentes composantes, agissait dans le cadre républicain et de ses valeurs de liberté, de démocratie, d'égalité et de fraternité, pour la solidarité et la justice. Ces mêmes valeurs que rejette le projet d'exclusion et de haine porté par le FN et avec lequel la droite se trouve aujourd'hui des atomes crochus.
Au meeting de Limoges, François Hollande, alors candidat à la présidence de la République, rappelait ce mouvement et cette histoire :

 Il y a une culture communiste, et je 
veux ici même lui rendre hommage, cette culture qui a fait que la radicalité pouvait trouver un 
débouché que le monde ouvrier pouvait trouver une dignité, qu’il y avait aussi cette capacité, 
dans  certaines  circonstances, à  se  mettre  en  résistance.  Je  salue  la mémoire  de  tous  ces 
résistants,  et  notamment  communistes,  qui  ont  permis  que  nous  soyons  libres  aujourd’hui.  Et 
quand  j’entends  le  candidat  sortant  se  gausser,  se  moquer  du  communisme  français, qu’il 
revienne là encore à l’histoire pour savoir ce que l’on doit aussi, quelles que soient les critiques 
que nous ayons pu émettre – et il y en avait à formuler ! – oui, ce que l’on doit aussi à ce parti 
dans l’histoire de la France». Tels ont été les mots du président de la République.

Ne laissons pas la droite jeter aux orties cette réalité et cette histoire, pour de misérables enjeux électoraux.
 
 
Photo: Wikicommons