Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

Ville et logement Jeudi 9 Juin 2011 à 13:17

Etats généraux du logement : construire plus, construire social et construire durable

Martine Aubry, première secrétaire et François Hollande, député et président du conseil général de Corrèze, étaient mercredi aux Etats généraux du logement. Ils ont développé à cette occasion les propositions qui permettrait de faire face à la crise actuelle du logement.

Martine Aubry, première secrétaire

«Pour nous, le droit au logement c'est un des droits fondamentaux, on est pas libre quand on a pas de toit» a expliqué la première secrétaire avant de faire un état des lieux de la crise actuelle du logement et de développer les engagements des socialistes.

Construire plus de logements sociaux

«Nous ne construisons pas assez de logement social, de vrais logements sociaux» a-t-elle insisté. «Nous savons qu'il faut construire 500 000 logements par an, il faut qu'il y est 150 000 logements sociaux par an, de qualité et durable».  

Diminuer la part du budget des ménages consacrée au logement

«Le budget des ménages consacré au logement a augmenté, 25% en moyenne». Et pour certains jeunes cela atteint 40%, 50% de leur revenu, c'est délirant a-t-elle jugée. «Il faut prendre des dispositifs et nous en proposons», «par exemple bloquer les loyers à la relocation» a-t-elle précisé. 
 

Renforcer la mixité

«C'est un modèle de société, comment veut-on construire une société, où on vive ensemble, avec nos différences ?», «c'est donc le problème de la mixité». «La mixité, ça ne veux pas dire "on colle du logement social là où on en veut pas", c'est dire on veut construire des villes où on est capable de faire les trois tiers dont nous parlons, c'est à dire du logement privé, du logement intermédiaire qui peut être privé, accession sociale, et du logement social». «C'est une ville qui doit correspondre à la société» a-t-elle précisé.
 

Budget du logement

Il s'agit également de revenir sur des dispositifs injustes, a expliqué la première secrétaire. «Que 1/3 du budget du logement, 11 milliards sur 33 milliards aillent à des réductions d'impôts, défiscalisation, qui amènent d'ailleurs à accroitre la spéculation, et non pas à construire des logements dont les habitants de notre pays ont besoin, c'est un problème». «Il faudra reprendre une partie de ces défiscalisations pour construire ce que nous devons construire». 
 

François Hollande, député et président du conseil général de Corrèze

François Hollande a acté l'objectif du prochain mandat : «construire 1 million de logements pour rééquilibrer». Pour y parvenir il a expliqué la nécessité d'«une loi de programmation pour le logement», dont il a détaillé le contenu. Avant de développer les propositions pour sécuriser les parcours locatifs. Outre le renforcement de la loi SRU, un encadrement des loyers, ou encore le système de garantie de risques. 
 

 

«C'est impensable de laisser des jeunes dans la précarité et d'exiger de ces mêmes jeunes qu'ils apportent des garanties qui témoignent d'une bonne insertion dans la vie professionnelle» a-t-il pointé. «Donc il faut un système de mutualisation des risques pour que les jeunes puissent entrer dans le logement privé» a-t-il notamment insisté.  
 

Nathalie Perrin-Gilbert, secrétaire nationale au logement

Nathalie Perrin-Gilbert a rappelé que «la mixité n’allait pas de soi, qu'elle impose le strict respect de la loi SRU sur l’ensemble du territoire» et que les préfets devaient «utiliser leur pouvoir de substitution aux maires pour construire du logement locatif social dans les communes où le constat de carence est posé». Elle a proposé également «un nouveau de contrat de confiance entre un Etat stratège, prévoyant et garant de la cohésion territoriale, et des collectivités territoriales organisées autour d’un chef de file en matière d’habitat, pourquoi pas les agglomérations».

Elle a rappellé l’engagement des socialistes de porter et stabiliser l’effort de la puissance publique en matière de logement social à hauteur de 2 % du PIB mais «avec un effort de financement de l’Etat au sein de ces 2 % car aujourd’hui ce sont essentiellement les collectivités territoriales qui financent la production de logements locatifs sociaux».

 

Pour préparer le changement en 2012, on a besoin de vous !

Que vous souhaitiez simplement être informé de nos initiatives, convaincre dans votre entourage ou bien participer à nos campagnes, abonnez vous à notre newsletter: