Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

    Le changement

    Le changement

    Développement durable et ruralité Jeudi 21 Juin 2012 à 11:32

    François Hollande au G20 de Los Cabos : «mettre la croissance au coeur de nos discussions»

    François Hollande était à Los Cabos au Mexique pour le Sommet du G20 ce mardi 19 juin.

    Face aux chefs d'Etat et de gouvernement, le président de la République française a de nouveau appelé à «mettre la croissance au coeur» des politiques et a réaffirmé sa volonté de régulation du système financier. Un dernier objectif s'ajoute : «envoyer un message de stabilité au marché, notamment par rapport à la cohésion de la zone euro.»

    >>> Retrouver l'ensemble de son discours

    François Hollande a exprimé sa satisfaction quant au consensus qui se fait sur la nécessité de croissance et a dévoilé les premières propositions de solutions. Ainsi, il s'agit de rééquilibrer les importations et les exportations entre les pays et de stabiliser les prix des matières premières. Une dernière proposition : «mettre davantage l'accent sur la dimension sociale de la croissance.»

    Le président de la République est ensuite revenu sur la question de la régulation du système financier : la lutte contre les paradis fiscaux a été réaffirmé mais la proposition de taxation des transactions financières n'a pas fait l'unanimité.

    «Il y a eu des progrès, nous verrons jusqu'à quel point puisque les délibérations ne sont pas achevées, notamment à travers l'institutionalisation du conseil de stabilité financière qui peut devenir à terme une organisation mondiale pour la finance.»

    Sur le troisième objectif de stabilité, François Hollande a confirmé que «les regards étaient tournés sur la zone euro» notamment sur la Grèce et l'Espagne.

    « Il y a une interrogation sur l'union économique et monétaire et le Conseil européen de la fin du mois de juin. Chacun est conscient de sa responsabilité. Et donc, il y aura des mesures sur la croissance, conformes à ce que le G20 aura comme conclusion et des mesures sur la stabilité.»

    Le président de la République a tenu à conclure sur l'importance de la solidarité entre les pays.

    «Des pays ont accepté d'apporter des ressources au fonds monétaire international.C'est très important que nous ayons des mécanismes. C'est bien qu'il y ait des sommes importantes qui soient dégagées»