Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

Le changement

Le changement

Economie, entreprise, industrie Mardi 17 Juillet 2012 à 11:43

François Hollande : "la TVA sociale aurait affaibli la croissance"

>> Revoir l'ensemble de l'intervention télévisée de François Hollande

 

Lors de l'interview du 14 juillet, Claire Chazal et Laurent Delahousse ont interrogé le président de la République sur sa politique de réduction des déficits publics. François Hollande a rappelé son opposition à l'application d'une TVA sociale :

"S'il y avait eu cette augmentation de la TVA telle qu'elle avait été votée, c'était 1,6 point de TVA, 11 milliards d'euros qui étaient prélevés sur les Français, qui aurait affaibli encore la croissance, mis des personnes au chômage, amputé le pouvoir d'achat : je m'y suis refusé."

Le président a demandé à ce que le débat ouvert par le gouvernement aille à son terme afin d'envisager quelles ressources solliciter pour tenir les engagements budgétaires sans pénaliser les PME françaises et les entreprises qui exportent :

"Je veux que les entreprises qui sont les PME et celles qui sont confrontées à des concurrences extérieures puissent être dans des conditions qui leur permettent de vendre leurs produits et donc de créer de l'emploi."

François Hollande a affirmé que le gouvernement trouverait les 33 milliards d'euros demandés par la Cour des comptes pour tenir les engagements de désendettement du pays mais que l'effort reposerait sur les catégories les plus favorisées et les entreprises qui ont eu "des avantages exorbitants de la part du gouvernement précédent"

Enfin, interrogé sur la règle d'or, le président de la République a rappelé son engagement de ne pas l'inscrire dans la Constitution mais de la faire figurer dans une loi organique.