Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

Élections 2012 - Présidentielle et législatives

Élections 2012 - Présidentielle et législatives

Développement durable et ruralité Vendredi 4 Mai 2012 à 12:20

François Hollande: «ne faites pas un vainqueur étriqué»

>> Voir le site de François Hollande

François Hollande était l'invité de la matinale d'RTL vendredi. Retour sur le débat de l'entre-deux-tours, l'annonce de François Bayrou et les 60 propositions du candidat.

Interrogé sur la prise de position de François Bayrou en sa faveur, François Hollande réagit: "Il dit simplement qu’entre un candidat sortant qui malmène les valeurs de la République et le candidat que je suis, socialiste et de gauche, il considère que je suis celui qui préserve l’essentiel de notre République". Puis d'ajouter sur la cohérence de sa position: "François Bayrou n’a cessé de dénoncer un quinquennat qui était celui de l’outrance, des erreurs de comportement, de démarches de division. Il en tire toutes les conséquences".

Une présidence sans délai de grâce

S'agissant de sa façon d'envisager la fonction présidentielle, François Hollande explique que contrairement à Nicolas Sarkozy, il n'aura "pas de délai de grâce, c'est-à-dire que tous les choix que je devrai faire si les électeurs vont dans le sens que je souhaite dimanche, [...] devront être justes et cohérents. Et de revenir sur le bilan du candidat sortant: "le paquet fiscal qu’il a fait voter dans l’été, finalement il l’a traîné tout au long de son quinquennat. Les injustices qui ont pu être à ce moment-là commises lui ont coûté fort cher. Et les erreurs de choix, de personnes ou de comportements, d’attitudes, les connivences qui ont été les siennes, finalement il les a aussi assumés pendant les 5 ans de son mandat".

Notre candidat a également pendant l'émission appelé les électeurs à lui donner une large majorité: "ne faites pas un vainqueur étriqué qui aura déjà une difficulté dès le lendemain du scrutin, donnez à celui que vous aurez choisi, celui qui vous paraîtra le meilleur, le plus juste, le plus équilibré, le plus compétent pour affronter les problèmes du pays, celui qui peut rassurer, rassembler, donnez-lui la légitimité la plus forte".

Des régularisations cas par cas

François Hollande a également sa position quant à l'immigration clandestine: "je ferai des régularisations au cas par cas [...] en fonction de critères qui sont objectifs, c'est-à-dire partout les mêmes dans toutes les préfectures et non plus des régularisations sous pression ou des régularisations selon la personne qui les demande, et parfois ce sont les employeurs qui sont cette démarche". Le nombre de 30 000 régularisations par an ne changera pas.

Energies renouvelables et économies d'énergie

Sur le nucléaire, François Hollande explique également sa position: "les deux réacteurs de la centrale de Fessenheim seront préparés pour être fermés". "A partir de 2020, bon nombre de centrales vont venir en fin de vie" et les travaux de prolongation de durée de vie "ne seront pas engagés" pendant le mandat, mais "seront faits pour faire monter les énergies renouvelables" qu'il s'agisse de l'éolien ou de l'économies d'énergie, qui se traduiront notamment par un plan d'isolation de 600 000 logements par an.

Le redressement passe par l'éducation

François Hollande est également revenu sur ses propositions en matière d'éducation et a réaffirmé sa volonté de renforcer l'Education Nationale de 60 000 postes et de préciser "cet effort de créations de postes sera essentiellement concentré sur le primaire". Et d'ajouter: " le redressement de notre pays passe par des mesures économiques, fortes, industrielles, mais aussi par un investissement massif dans le savoir, l’éducation, la connaissance".

Sécurité routière: garder la cohérence

Sur la sécurité routière, notre candidat a tenu sa ligne: la lutte contre la violence routière se poursuivra car "elle a déjà porté ses fruits". Ce qui n'empêche pas "mettre davantage de moyens pour qu’il y ait une accompagnement là aussi, et que ce soit plus rapide pour avoir de nouveau le permis.

Le chef de l'Etat ne doit pas être isolé

Enfin François Hollande conclue sur le train de vie du chef de l'Etat: "je veux être celui qui montre qu’en France on n’est pas, quand même, dans un régime exceptionnel.[...] il n’y a qu’en France que le train de vie de l’Etat, il n’y a qu’en France que le protocole, est à ce point, et après on dit « ceux qui nous dirigent sont séparés, sont isolés » [...] j’éviterai de me mettre dans cette situation".

>> Voir l'agenda du changement: les mesures de la première année de mandature de François Hollande

>> Voir le bilan du candidat sortant en infographies