Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

Élections 2012 - Présidentielle et législatives

Élections 2012 - Présidentielle et législatives

Vie du PS Lundi 23 Avril 2012 à 17:43

«Donner le maximum de forces à François Hollande le 6 mai pour que sa victoire soit indiscutable»

 
Le porte-parole du PS a réagi au score de François Hollande au premier tour de l'élection présidentielle : «la gauche est arrivée en tête sur 25 des 27 régions à l'exception de Mayotte et de l'Alsace. 35 départements où Nicolas Sarkozy était arrivé en tête en 2007, c'est François Hollande qui arrive en tête en 2012. C'est donc un basculement».
 
 

 

 

Très forte mobilisation des quartiers populaires

Dans la sociologie de ce vote, «on constate une très forte mobilisation des classes populaires qui habitent les quartiers populaires, ces citoyens dont on pensait, à la lecture de quelques papiers, qu'ils s'étaient mis délibérément à l'écart du jeu politique et démocratique», a indiqué Benoît Hamon. «Ce n'est pas le cas, ils sont venus voter pour le candidat qui incarne à leurs yeux le changement le plus immédiat, le plus concret dans leur vie quotidienne».
 
 

Un président cerné par trois affaires

Benoît Hamon est revenu sur la tonalité de la campagne de Nicolas Sarkozy qui annonce le chaos si François Hollande est élu : «de chaos, il parle en fait de son propre bilan». «C'est Nicolas Sarkozy qui a creusé les inégalités, qui a profondément divisé les Français, qui a ruiné la France en laissant 600 milliards de dette supplémentaire, un déficit record, 450 000 emplois industriels détruits. 
«Un président qui est aujourd'hui cerné par trois affaires : une sur le financement illégal de la campagne de 1995, l'une sur le financement potentiellement illégal de sa propre campagne en 2007 et une dernière affaire sur son appartement et ses conditions d'achat», a rappelé Benoît Hamon.
 
«Il faut donner le maximum de forces à François Hollande le 6 mai pour que sa victoire soit indiscutable», a conclu le porte-parole du PS.