Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

    Europe et international Mardi 3 Mai 2011 à 11:35

    Harlem Désir : «Il faut afghaniser les solutions d'avenir en Afghanistan»

    Harlem Désir, Secrétaire national à la coordination, était l'invité de France culture ce mardi matin. Il a qualifié de «soulagement» la neutralisation d'Oussama Ben Laden, «il était la figure emblématique d'un réseau terroriste qui a fait des milliers de mort (...) de toute culture, de toute nationalité, de toute religion» a-t-il estimé.
     

    Volonté de démocratie dans le monde arabe

    «Cette mort intervient à un moment où les révolutions arabes montre que dans le monde arabe (...) il y a une volonté que les valeurs de la démocratie, du respect de l'individu l'emporte sur l'obscurantisme et sur le djihad». Et ce même si «les risques du terrorisme vont continuer à exister» a expliqué le Secrétaire national.
     

    Organiser la sortie progressive de la coalition internationale d'Afghanistan

    Harlem Désir a tiré les leçons de la neutralisation de Ben Laden, expliquant que la priorité aujourd'hui doit être «d'afghaniser les solutions d'avenir en Afghanistan», d'«organiser la sortie progressive de la coalition internationale et en particulier de la France et des troupes européennes». « Il n y a pas d'avenir par des solutions militaires maintenant en Afghanistan» «mais vraiment par une réponse politique». «Il faudrait normalement convoquer une conférence régionale» pour impliquer les pays voisins dans la construction d'une solution de paix durable en Afghanistan a-t-il poursuivi.    
    «La France, L'Europe et la coalition internationale n'ont pas vocation à rester dans ce pays car leur maintien va maintenant poser plus de problèmes probablement, en terme de stabilité, que la perspective d'un retrait» a-t-il conclu.

     

    Pour préparer le changement en 2012, on a besoin de vous !

    Que vous souhaitiez simplement être informé de nos initiatives, convaincre dans votre entourage ou bien participer à nos campagnes, abonnez vous à notre newsletter: