Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

Législatives

Législatives

Europe et international Vendredi 25 Mai 2012 à 14:27

Harlem Désir: « il ne faut pas se faire voler la victoire du 6 mai »

Harlem Désir, coordinateur de la campagne des législatives, tenait vendredi matin un point presse avec Guillaume Bachelay. Il est ainsi revenu sur l'action internationale de François Hollande: en Afghanistan où il confirme le retrait des troupes françaises, mais aussi au sein de l'Union européenne, sur l'état de la droite Française et enfin sur la campagne des élections législatives.

Une diplomatie ferme mais respectueuse

En premier lieu, Harlem Désir a rappelé que le Président Hollande, en ne cédant pas devant Mme Merkel, rétablit l'équilibre au sein de l'Union. Mais il révèle également que pendant la campagne présidentielle, des concessions diplomatiques graves avaient étaient faites à l'Allemagne en échange du soutien de Mme Merkel à la candidature de Nicolas Sarkozy. Ces concessions portaient notamment sur "le renoncement à demander un rôle nouveau et renforcé pour la BCE, pas d'eurobonds, pas de véritable taxe sur les transactions financières internationales et puis l'acceptation du traité d'austérité". Puis il a qualifié le style de la nouvelle présidence en matière internationale: "il impose son style: ferme mais respectueux". Avant de préciser: "François Hollande est écouté attentivement par nos partenaires, contrairement à ce qu'affirmait la droite pendant la campagne."

L'implosion de la droite

S'agissant de l'état de celle-ci aujourd'hui, Harlem Désir ne mâche pas ses mots: "l'affrontement public auxquels se livrent messieurs Fillon et Copé ressemble aux pires moments d'une mauvaise émission de téléréalité ". Puis d'expliquer: "ils ne sont pas investis dans la campagne des législatives 2012 mais dans une primaire sauvage pour 2017; [...] le départ de Nicolas Sarkozy a décapité la droite qui n'est plus en état de gouverner". Harlem Désir effectue ce simple constat: "à l'heure actuelle dans une situation de cohabitation, elle ne pourrait même pas donner le nom de son premier ministre".

Une majorité pour le changement

S'agissant des élections législatives, Harlem Désir revient sur la droite actuelle, notamment sur les polémiques absurdes lancées depuis le second tour de la présidentielle: "M. Copé fait régner un esprit revanchard extrêmement malsain [...]; M. Copé voudrait effacer le choix souverain des Français exprimé le 6 mai en faveur du changement". Puis d'appeler les Français à la participation aux législatives pour "ne pas se faire voler la victoire du 6 mai". En effet, François Hollande a besoin d'une majorité nette, large pour réaliser son programme.

Le changement menacé

Harlem Désir enfin a rappelé ce que la droite empêcherait si elle revenait: retraite à 60 ans, revalorisation des minimas sociaux, soutien au pouvoir d'achat, désendettement, soutien à la croissance industrielle ... Avant d'annoncer la distribution ce weekend d'un tract tiré à 2 millions d'exemplaires sur l'agenda du changement et l'effet d'une majorité UMP, mais aussi la remise en route de la grande campagne de proximité sur le terrain, et l'utilisation de tous les moyens de communication (sms, internet, déplacements de politiques et meetings).

>> Voir l'article Vers l'UMPlosion ?

>> Voir le journal des législatives à J-16

>> Voir l'événement du meeting de Nantes sur le site du ps