Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

Le changement

Le changement

Education, recherche, culture Vendredi 18 Janvier 2013 à 11:17

La sanction financière de l'absentéisme scolaire est abrogée

Jeudi 17 janvier, les députés ont abrogé la loi de septembre 2010 proposée par Eric Ciotti, qui visait à sanctionner l'absentéisme scolaire par une suspension partielle des allocations versées aux parents, au profit d'un nouveau dispositif efficace.

La fin d'un dispositif injuste et inefficace

La loi Ciotti dont le dispositif a été dénoncé par les socialistes dès l'origine, était inefficace dans plus 80% des cas puisque d'une part les dispositifs d'aide sociale et de soutien à la parentalité interviennent trop tardivement (en moyenne 5 mois après la première absence) pour une action encore efficace sur l’absentéisme. D'autre part, ce dispositif punitif faisait peser la responsabilité uniquement sur les familles alors que les causes de l'absentéisme sont souvent variées et multiples.

Un nouveau dispositif efficace

La ministre déléguée en charge de la réussite éducative, George Pau-Langevin, proposera dans les semaines à venir un texte qui renversera cette logique en impliquant les familles, mais aussi l’ensemble des acteurs de l’éducation de l’enfant. S'il s'agit toujours de lutter contre l'absentéisme scolaire, il s'agira à présent de prendre en compte la multiplicité des causes de l’absentéisme en faisant intervenir un maximum d’acteurs.

Le texte visera également à assurer une réactivité maximale de tous les services dans la mise en œuvre des mesures de soutien aux parents notamment en renforçant le dispositif de détection de l’absentéisme, d’alerte, de médiation et d’avertissement des familles, et par l'enclenchement de la procédure judiciaire en dernier recours après épuisement de toutes les étapes de médiation.

>> En savoir plus sur l'action du gouvernement