Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

    Cantonales 2011

    Cantonales 2011

    Lundi 28 Mars 2011 à 17:04

    Le PS salue la victoire des «candidats de l'égalité»

    Benoît Hamon, porte-parole, a tenu ce matin en point presse - et alors «qu'on parle beaucoup du Front National» - à présenter quelques nouveaux élus. «Des candidats de l'égalité», «qui se sont fait élire face à l’UMP, face au FN, en étant socialistes, engagés sur le terrain» et «pour qui leur couleur, leur nom n'a jamais été un handicap, qui se sont battus pour leurs idées et qui ont fait de leurs idées le moyen d'être élu».
     
     

     

    Des «candidat de l'égalité» nouvellement élus

    Si Benoît Hamon les a appellé des «candidat de l'égalité» plus que la «diversité», comme ils sont habituellement qualifiés c'est parce que «rien ne justifie qu'une couleur de peau ou un nom soit un handicap pour se présenter à un scrutin uninominal, majoritaire» a-t-il précisé.  Il a ainsi dit penser tout particulièrement aux nouveaux élus, citant par exemple Zohra El Kouacheri à Toulouse, Mehdi Massrour à Roubaix, Mamadou Diallo à Rouen, Gulsen Yildirim à Limoges, Abraham Johnson à Créteil, Marie Gueye à Brest, Zabida Nakib Colomb à Valence ou encore Youri Mazou Sacko et Fawaz Karimet.
     

    «ll y a dans ces élections, quelques raisons d'espérer»

    «Cette semaine on nous a présenté dans certains médias la génération FN comme on aurait présenté la génération SOS» a-t-il constaté . Il s'agissait donc ici de dire «qu’il y avait des femmes et des hommes qui eux sur leurs idées se faisaient élire dans des scrutins majoritaires à deux tours, qu'ils ont fait de leurs idées non pas un moyen de se cacher mais un atout pour faire gagner le Parti socialiste et la gauche» a-t-il développé. «Dans ce paysage que l'on présente très gris de la France, je trouve qu'il y a là, dans ces élections, quelques raisons d'espérer». «Pour ces raisons là nous étions aussi satisfaits» a-t-il conclu.