Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

    L'hebdo des socialistes

    L'hebdo des socialistes

    Vie du PS Jeudi 24 Juin 2010 à 11:39

    Les socialistes à l’offensive

     

    En direct de l’Assemblée
    Cette semaine encore le groupe socialiste a concentré ses questions au gouvernement sur le sujet des retraites. « Il y a une bataille à mener, il faut aider le mouvement social à la mener tout en restant à notre juste place » a rappelé Jean-Marc Ayrault ; tout juste réélu à la présidence du groupe. Les députés socialistes vont ainsi recevoir les représentants des principaux syndicats français. Mardi matin, Jean-Louis Malys a ainsi exposé les positions de la CFDT sur la réforme des retraites proposée par le gouvernement et répondre aux interrogations des députés socialistes quant aux prises de position du syndicat sur la pénibilité et l’unification des régimes privé/public. « Si les organisations syndicales et les partis politiques travaillent chacun de leur côté et que nous ne nous retrouvons pas sur tout, il y a néanmoins un certain nombre de convergences entre nous » a affirmé Marisol Touraine en charge du sujet pour le parti.
     
    En plus des retraites, les députés socialistes ont réservé deux questions sur l’affaire Woerth/Bettencourt. Dominque Raimbourg, député de Loire-Atlantique, a ainsi questionné le gouvernement pour avoir si une procédure judiciaire était ou allait être engagée. « Dans n’importe quelle démocratie, Éric Woerth aurait déjà démissionné, a rappelé Laurent Fabius, Nicolas Sarkozy doit être mis en cause, lui qui a reçu une dotation de la femme la plus riche de France mais qui n’est pas la plus grosse contribuable. C’est une histoire folle. On parlait déjà de démocratie particulière, là c’est une ploutocratie ». 
     
    Au Sénat
    La Commission des Lois du Sénat a rejeté, sous l’impulsion des sénateurs socialistes, deux articles essentiels du projet de loi de réforme des collectivités territoriales qui touchent aux conseillers territoriaux. Ils ont ainsi décidé de ne pas adopter le mode d’élection des conseillers territoriaux ainsi que le tableau détaillant la répartition de ces nouveaux élus par région et par département. Ces deux dispositions avaient été introduites à la dernière minute par le gouvernement à l’Assemblée nationale à la fin du mois de mai.