Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

Le changement

Le changement

Santé, solidarité et personnes âgées Vendredi 14 Septembre 2012 à 11:26

Marisol Touraine : «il faut être très intransigeant avec l'industrie pharmaceutique»

Marisol Touraine est tout d'abord revenue sur la place de la santé publique dans la conférence sur l'environnement qui débute aujourd'hui :

Cette conférence ouvre les discussions contrairement au grenelle qui concluait un cycle de débats.

Interrogée sur le rapport indiquant que le diesel était la cause de nombreux décès, la ministre a estimé qu'«il fallait débattre de cette question (…) et que les choses devaient avancer progressivement.»

 

Réduction du déficit de la Sécurité sociale

Suite au rapport de la Cour des comptes sur le déficit de la Sécurité sociale, Marisol Touraine a indiqué qu'il y avait «besoin de politique de fond, donc de réformes de fond sur des sujets précis.» Parmi ceux là, la ministre estime que le premier d'entre-eux concerne la surconsommation de médicaments en France. La ministre souhaite «faire en sorte d'inciter les Français à consommer moins de médicaments» et sera intransigeante avec «l'industrie pharmaceutique qui a eu tendance à expliquer que tout ce qu'elle produisait était utile» alors qu'«évidemment, ça n'est pas le cas.»

Toujours sur la réduction du déficit, Marisol Touraine a affirmé avoir engagé «une politique qui vise à traquer tous les abus» afin qu'ils soient «sanctionnés et empêchés.»

Interrogée sur la recommandation d'aligner le taux de CSG des retraités sur celui des actifs, Marisol Touraine a refusé cette option et avancé une réforme de «la fiscalité dans son ensemble» qui concernera «le médicament, l'organisation du système de soins (…) et une remise à plat de la contribution de chacun.»