Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

Élections 2012 - Présidentielle et législatives

Élections 2012 - Présidentielle et législatives

Développement durable et ruralité Mercredi 15 Février 2012 à 11:50

Martine Aubry : «François Hollande est clair face à un président qui passe à côté des vrais sujets»

Martine Aubry était l'invitée de LCI mercredi matin. Après une réaction sur la candidature de Nicolas Sarkozy, la qualifiant de "secret de polichinelle" mais aussi souhaitant qu'il cesse d'utiliser les moyens de l'Etat pour faire campagne, la Première secrétaire est revenue sur son bilan: "32.000 emplois ont été supprimés en France au quatrième trimestre, [...] le pouvoir d’achat a baissé, [...] la consommation a baissé pendant toute l’année 2011 et [...] on annonce des prévisions pour ce premier semestre extrêmement difficiles".

La situation économique

Martine Aubry est revenue sur l'annonce de croissance de 0,2% sur l'année 2011: «quand on a 0,2% de croissance, j’ai du mal à penser que c’est une bonne nouvelle.»
«Nous, nous disons il y a plusieurs déficits et nous nous attaquons qu’à un seul, le déficit financier. Et la dette financière. Le déficit commercial, tout ça, c’est la même chose. C’est la crise mais c'est aussi la politique menée par le président Sarkozy qui a donné des cadeaux en permanence, des niches fiscales aux grandes entreprises, aux banques, aux plus riches. Il faut effectivement réduire, c’est ce que propose François Hollande, ces déficits financiers en revenant sur ces niches fiscales. Mais il faut en même temps relancer la croissance par un pouvoir d’achat ciblé, on ne peut pas tout faire aujourd'hui, en aidant les petites et moyennes entreprises.»

La TVA Sarkozy

«La TVA qu’ils appellent sociale, qui n’a rien de sociale, moi j’appelle ça la TVA Sarkozy, c’est un cadeau de plus aux entreprises et contrairement à ce qu’on nous a dit, les entreprises industrielles auront 25% de ces 13 milliards, payés par les ménages qui va augmenter les prix donc baisser la consommation et nous mettre encore un peu plus dans une récession. Voilà la réalité des choses, inefficace et injuste.»

Les retraites et le nucléaire

S'agissant des retraites, «il faut que tout ceux qui ont commencé à travailler tôt, 16 ans, 17 ans, 18 ans et qui ont leur durée de cotisation, aujourd'hui 41 ans, puissent partir à 60 ans." Pour ceux qui ont travaillé plus tard et n'ont pas leur durée de cotisation, ils pourront partir à 60 ans également mais avec une décote.»

Sur la question du nucléaire, la Première secrétaire a expliqué à propos de l'objectif de 50% de nucléaire d'ici 2025 que «c’est l’objectif : à partir de là on met en place des politiques qui dépendent de beaucoup d’autres choses. L’objectif de passer de 75 à 50 il nécessite quoi ? Des économies d’énergie et que l’on booste véritablement toutes les énergies alternatives. Alors on fera tout pour cela.»

Martine Aubry a conclu : «François Hollande a dit clairement ce qu’il allait faire et aujourd'hui nous avons un homme qui est à la fois fort, clair, par rapport à un président qui lui essaie de passer à côté des vrais sujets pour nous trouver des boucs émissaires chez les étrangers, chez les chômeurs, au lieu de nous parler de la sortie de la crise, du redressement de la France et de la justice.»