Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

    Élections 2012 - Présidentielle et législatives

    Élections 2012 - Présidentielle et législatives

    Economie, entreprise, industrie Mercredi 8 Février 2012 à 11:34

    Martine Aubry: Que M. Guéant s’occupe plutôt de la sécurité !

     
     
    Invitée par l'émission La Matinale de Canal Plus (24:05), Martine Aubry est revenue sur les propos du ministre de l'Intérieur Claude Guéant, mais aussi sur les engagements de réformes de François Hollande en matière de politiques fiscale et familiale.
     
    Veuillez installer Flash Player pour lire la vidéo
     
    Interrogée sur l'incident qui a eu lieu à l'Assemblée Nationale mardi, la Première secrétaire du PS a répondu: «monsieur Guéant passe son temps à provoquer, et il feint de s’étonner ensuite qu’il y ait des réactions».
     
    «Qu’il s’occupe de la sécurité, qu’il aille sur le terrain, qu’il voie les Français qui, de plus en plus, subissent les violences faites à leur personne, qu’il fasse son travail et qu’il nous laisse parler des problèmes des Français, ce qui les rassemble au lieu de les diviser». Selon elle, les propos de Claude Guéant ne sont pas un déplacement du débat sur le terrain des valeurs: «les valeurs dont on nous parle, là, elles sont au niveau du caniveau».
     
    Plusieurs étapes
     
    Au cours de l'entretien, Martine Aubry a précisé les propos de Jérôme Cahuzac, en charge du projet sur la question fiscale, qui avait expliqué les conditions de la fusion entre CSG et impôt sur le revenu: «ce qu’il veut dire, c’est que ça ne se fera pas en un jour : Il faut d’ abord rapprocher la CSG de l’impôt sur le revenu. Et nous devons prendre des mesures immédiates, parce que si on veut redonner du pouvoir d’achat aux classes populaires et aux classes moyennes, il faut faire tout de suite ces réformes fiscales, supprimer les niches fiscales [...] en plusieurs étapes, bien évidemment».
     
    Politique familiale
     
    Enfin, interrogée sur la question de savoir si le projet de réforme de François Hollande de la politique familiale faisait une distinction entre enfants de familles riches et enfants de familles pauvres, Martine Aubry a rectifié : "Nicolas Sarkozy raconte des histoires, [...] nous devons faire en sorte que tout enfant soit aidé par la République, quels que soient les revenus de ses parents. Le seul problème aujourd’hui, c’est que les familles riches ont des avantages beaucoup plus importants que les familles pauvres".
     
    La première secrétaire a pour finir expliqué le projet de François Hollande de «baisser le plafond du quotient familial de 2.300 euros à 2.000, pour pouvoir augmenter de 25% l’allocation de rentrée scolaire». Autrement dit, «5% des Français les plus riches vont avoir une légère réduction, pour pouvoir permettre à trois millions de familles d’avoir 25% de plus de l’allocation de rentrée scolaire».