Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

Législatives

Législatives

Vie du PS Vendredi 15 Juin 2012 à 9:49

Martine Aubry soutient Jean-Marc Germain au Plessis-Robinson


Martine Aubry était au Plessis-Robinson jeudi 14 juin. En présence des élus et des habitants, la Première secrétaire a réaffirmé son soutien à Jean-Marc Germain, candidat dans la 12ème circonscription des Hauts-de-Seine où il a fait 36,5% au premier tour.

Une réunion publique dont vous pouvez retrouver tous les moments grâce à notre diaporama.

Le premier secrétaire fédéral des Hauts-de-Seine, Pascal Buchet, a inauguré cette réunion indiquant que les scores du Parti socialiste dans les Hauts-de-Seine étaient encourageants à la lecture des résultats : en 2010, 51% pour les régionales; en 2011, le Sénat a récolté un sénateur socialiste de plus dans les Hauts-de-Seine; en 2012, François Hollande remporte 49,5% des voix dans le 92. C'est la première fois que la gauche se rapproche autant de la barre des 50%.
«Les habitants du 92 ne veulent donc pas passer à côté du changement voulu par une majorité de Français», a déclaré Pascal Buchet.

Le président du comité de soutien pour la campagne de Jean-Marc Germain, Benoît Marquaille, est également allé dans ce sens rappelant que Jean-Marc Germain avait fait le meilleur score pour le Parti socialiste dans la 12ème circonscription des Hauts-de-Seine depuis 30 ans.

Deux candidats de la gauche présents au premier tour des législatives, Francine Bavay (EE-LV) et Gérard Aubineau (Front de gauche) qui assistaient à la réunion ont apporté leur soutien à Jean-Marc Germain pour le second tour des législatives.

Jean-Marc Germain a ensuite pris la parole, rendant hommage à la Première secrétaire du PS : «on a connu des échecs mais aussi des victoires ces dernières années», «tous ces succès n'auraient pas été possibles sans Martine Aubry, sans elle nous n'en serions pas là».

S'il est élu dimanche à l'Assemblée nationale, Jean-Marc Germain a énoncé le député qu'il serait : «je serai un député présent sur le terrain, me déplaçant comme les gens de ma circonscription». «Je porterai la parole des habitants de ma circonscription à l'Assemblée». «Je veillerai à ce que les lois s'appliquent dans ma circonscription notamment : l'encadrement des loyers, l'éducation, je me battrai contre la suppression des RASED, pour l'emploi…»

«Dimanche, la victoire sera la vôtre», a tenu à préciser le candidat socialiste invitant tous les militants et sympathisants à se mobiliser pour le second tour.

Martine Aubry a clos cette soirée. En guise d'introduction, la Première secrétaire du PS a déclaré que lorsqu'«on oublie que la politique est collective, on perd».

Pendant cette campagne des législatives, Martine Aubry a indiqué avoir rencontré un certain nombre d'hommes et de femmes qui l'avaient «bluffée». «Il faut mettre la nouvelle génération sur les rails», «c'est aussi mon rôle en tant que Première secrétaire».
Jean-Marc Germain fait partie de cette nouvelle génération. Martine Aubry a rapproché les liens qui l'unissaient au candidat socialiste de la 12ème circonscription : «quand j'étais au ministère des Affaires sociales, Jean-Marc Germain était en charge des affaires sociales dans mon cabinet (…) c'est lui qui m'a aidé à mettre en oeuvre les 35h, la CMU…»

Martine Aubry a également loué les qualités de travail de son ancien directeur de cabinet à Lille et au Parti socialiste : «Jean-Marc Germain a une capacité à porter les projets (…) les ministres le connaissent car ils ont travaillé ensemble sur le projet socialiste».

«Le plus important, c'est un homme d'engagement qui a le réflexe à gauche (…) Jean-Marc Germain est un beau cadeau pour la circonscription».

L'élection de Jean-Marc Germain s'inscrit dans une dynamique beaucoup plus large a conclu la Première secrétaire : «François Hollande a besoin d'une majorité à l'Assemblée nationale pour mettre en place ses engagements. Plus nous serons nombreux à l'Assemblée, plus vite nous pourrons mettre en place nos engagements».