Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

Droits des femmes

Droits des femmes

Société Mardi 31 Juillet 2012 à 11:24

Najat Vallaud-Belkacem : "Ce texte définit mieux le harcèlement sexuel"

La loi sur le harcèlement définitivement adoptée par le Parlement

La porte-parole du gouvernement et ministre du Droit des Femmes, Najat Vallaud Belkacem, invitée de RTL est revenue sur l'adoption définitive par le Parlement ce mardi 31 juillet du texte sur le harcèlement sexuel.

Najat Vallaud Belkacem le rappelle : depuis la décision du Conseil Constitutionnel du 4 mai dernier "plus aucun texte ne protège les femmes contre le harcèlement sexuel". Ce nouveau texte "définit mieux le harcèlement sexuel en l'enrichissant" car il dissocie :

  • le harcèlement répétitif par quelqu'un que l'on connait qui porte atteinte à la dignité de la personne sans même une volonté d'obtenir des faveurs sexuelles
  • l'acte unique de harcèlement sexuel quand il y a une volonté d'obtenir des faveurs sexuelles

Ce délit sera pénalisé de 2 ans et 30 000 euros d'amende, 3 ans et 45 000 euros d'amende en cas de circonstances agravantes contre 1 an et 15 000 euros d'amende dans le précédent texte.

>> A lire : Le projet de loi sur le harcèlement sexuel adopté à l'Assemblée nationale

 

Des mesures en faveur du pouvoir d'achat

La porte-parole s'est également exprimée sur la question du blocage des prix de l'essence. Le blocage n'a pas été mis en place par le gouvernement car entre mai et juillet les prix à la pompe ont diminué et si la hausse s'est faite sentir en juillet, les prix n'ont pas atteint le niveau du mois de mai. Evidemment, le gouvernement s'engage à bloquer les prix si ceux-ci atteignent un niveau insupportable pour les Français comme c'était le cas en mai.

La ministre a enfin rappelé les mesures du gouvernement en faveur du pouvoir d'achat des Français : le coup de pouce sur le SMIC, l'augmentation de 25% de l'allocation de rentrée scolaire et le blocage des prix des loyers.