Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

    Comptes-rendus de l'université d'été 2012

    Comptes-rendus de l'université d'été 2012

    Réforme de l’Etat et décentralisation Samedi 25 Août 2012 à 14:26

    Pour un nouvel acte de la décentralisation

    Jean-Paul Huchon étant absent, André Laignel introduit cette plénière en expliquant que la mobilisation des élus  locaux et des acteurs sociaux est fondamentale pour mettre en place cette réforme très attendue par les citoyens. Marie Françoise Pérol-Dumont, renchérit en rappelant que François Hollande compte faire de la Décentralisation le chantier prioritaire du quinquennat. La situation du pays plaide pour des collectivités locales fortes et la décentralisation doit être équitable, efficace et surtout revivifier la démocratie locale. Il est aussi primordial d’établir un pacte républicain où existera un vrai respect, car les collectivités territoriales ne sont pas « les petites mains de l’état ». Bernadette Laclais porte un regard très critique sur la période qui vient de s’achever, soulignant la dépendance des  collectivités vis à  vis de l’Etat et la stigmatisation de celles-ci, notamment leur attitude dépensière qui leur était constamment reprochée. Au contraire, il faut selon elle donner plus de capacité d’initiatives aux collectivités tout en  clarifiant la lisibilité des compétences de chacun.

    Approuvant totalement ces propos, Alain Rousset ajoute que la décentralisation, c’est aussi déléguer les responsabilités. Pour lui notre système centralisé a vécu, et  une étape est déjà passée, puisque les collectivités locales peuvent initié des politiques, notamment sur le logement des jeunes. Il faut donc inventer une décentralisation à la Française, différente des autres organisations car même si l’Allemagne a plusieurs fois été citée par les intervenants, elle doit être une source d’inspiration plus qu’un modèle. Victorin Lurel apporte à cette vison la vision de l’Outre-Mer et s’appuie sur le caractère précurseur  des collectivités d’outre-mer. Ainsi, leur autonomie, en particulier sur l’adaptation des lois est selon lui un exemple dont il faut s’inspirer. Quant au cas de la Nouvelle Calédonie, très autonome, un modèle de « décolonisation apaisée ». Il s’amuse même au travers de ces exemples à dire que la France est déjà, en quelque sorte, un « Etat Fédéral ». Les départements et territoires ultramarins peuvent donc être des sources d’inspirations pour explorer les autres voies possibles.

    Marilyse Lebranchu, Ministre de la Réforme de l’Etat, de la décentralisation et de la Fonction Publique, s’attèle ensuite à exposer les enjeux posés par cette réforme.  L’état doit être fort et doit restaurer la confiance, en étant à l’écoute des territoires. Rassurante envers les collectivités, elle réaffirme sa position et celle du gouvernement : cette réforme tant attendue par les citoyens ne sera pas imposée, mais son élaboration sera le fruit d’une véritable collaboration.

    Les questions sont très nombreuses dans la salle, témoignant de l’existence d’un débat déjà passionné, auquel l’Etat et le Gouvernement souhaitent désormais participer pour faire avancer les choses.