Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

Algérie

Algérie

Europe et international Jeudi 17 Janvier 2013 à 11:55

Prise d'otage d'In Amenas: les réactions des socialistes

Site gazier d'In Amenas • Crédits : Kjetil Alsvik / Statoil / AFP

Mercredi matin a eu lieu sur le site gazier d'In Amenas en Algérie une prise d'otages en réaction à l'action de la France contre les terroristes du Nord-Mali. Invités des matinales, Najat Vallaud-Belkacem, Michel Sapin et Bruno Le Roux ont réagi.

Najat Vallaud-Belkacem: le besoin de confidentialité

La porte-parole du gouvernement, Najat Vallaud-Belkacem, a commenté la prise d'otages d'in Amenas jeudi matin. Déclarant ne pas être en mesure de confirmer la présence de Français parmi les otages, la ministre a également rappelé le besoin de discrétion face à ce type de situation notamment pour la sécurité des otages:

Il faut aussi être assez parcimonieux dans la parole publique, pour une raison très simple, c’est qu’au fond, on a besoin d’avoir une certaine confidentialité dans les opérations qui sont conduites. On a besoin de pouvoir faire les choses, sans les dévoiler en permanence, à ceux qui guettent les moindres désinformations à l’étranger et qui représentent une menace pour la France, pour ses intérêts, pour les otages.

Michel Sapin: «du sang-froid et de la détermination»

Le ministre du Travail a, quant à lui, rappelé sa confiance aux autorités algériennes:

Je crois qu’aujourd’hui chaque pays, chaque responsable politique de ces pays, tout particulièrement en Algérie, a conscience et prend les décisions qui s’imposent.

Et Michel Sapin de réaffirmer la volonté du gouvernement de ne pas céder au chantage ni à la panique:

Il faut refuser tout chantage, que ce soit le chantage par rapport à des otages détenus ou que ce soit le chantage par rapport à toute autre décision que les terroristes voudraient nous voir prendre. [...] Il faut prendre toutes les précautions nécessaires, mais il faut le faire avec beaucoup de sang- froid et beaucoup de détermination.

Bruno Le Roux: «le terrorisme n'a pas de frontière»

Le président du groupe socialiste à l'Assemblée nationale a réagi à la prise d'otage en expliquant:

Le propre du terrorisme, c’est de n’avoir pas de frontière, c’est d’essayer de frapper n’importe où.

Puis de rappeler le soutien des autorités algériennes à l'action de la France au Mali par la fermeture des frontières et l'autorisation de survol qu'elles ont accordée aux avions français.

>> En savoir plus sur l'action de la France au Mali