Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

    Élections 2012 - Présidentielle et législatives

    Élections 2012 - Présidentielle et législatives

    Europe et international Mardi 27 Mars 2012 à 14:49

    Rénover les relations entre la France et l’Afrique

    Africa 24, chaîne d’information pour l’Afrique a consacré un reportage, dans son émission du 26 mars, intitulée «  l'AFRICA NEWS ROOM », sur la place de l’Afrique au sein du Parti socialiste.


    AFRICA NEWS ROOM du 26/03/12 - France - PS -... par AFRICA24

    « La France ne peut pas tousser sans que l’Afrique ne s’enrhume. Et vice versa. Nous avons des relations historiques très anciennes. » Kofi Yamgnane, conseiller aux relations africaines au PS.

    Rompre avec la « France Afrique » et développer de nouvelles relations, c’est le 58e engagement pris par le Parti Socialiste. François Hollande s'est engagé à rénover en profondeur des relations avec l'Afrique.

    « Une rénovation en profondeur des relations avec l'Afrique est possible. C'est mon engagement que de mettre en œuvre cette vision ».

    Pour François Hollande, la relation entre la France et ses partenaires africains doit se faire entre égaux, sans rapports de subordination.

    « Le principal engagement de François Hollande, c’est de mettre fin à des relations marquées par la corruption, le paternalisme dans un sens, des accords économiques passés entre dirigeants, parfois au détriment des intérêts et de la France et des pays africains avec lesquels nous coopérions, ce qu’on appelait la « France-Afrique. C’est une forme de relation qui se préoccupe moins de l’intérêt des peuples que de l’intérêt ou des dirigeants ou des entreprises. Et ça, c’est un engagement fort.» ;  explique Benoit Hamon.

    Harlem Désir, quant à lui, souligne les richesses du continent africain et revient sur le discours de Nicols Sarkozy à Dakar qu'il considère comme "méprisant".

    « Il n’y a pas d’avenir de l’Europe sans une grande politique dans le bassin méditerranéen. La France a une histoire avec l’Afrique, comme beaucoup d’autres nations européennes. Il faut qu’on soit capable de transformer ces liens, qui sont aussi ceux d’un passé colonial, n’ont pas en une sorte d’ignorance réciproque. Nous avons tous été ulcéré et choqué par le discours de Dakar de Nicolas Sarkozy qui était un discours de mépris vis à vis de l’homme africain. Mais, il faut au contraire que maintenant nous soyons capable de bâtir l’avenir ensemble. L’Afrique en plein développement, l’Afrique est riche de sa jeunesse, de ses ressources, d’autres continents l’ont bien compris. » ; ajoute Harlem Désir.

    « Il faut être concret. Si on fait de grandes phrases sur la fin de la « France Afrique », il fait dire qu’est-ce que ça implique pour nos communautés de destin concrètement ces coopérations. Il faut avoir des projets structurants qui nous lient les uns aux autres. » Pouria Amirshahi, le secrétaire national à la coopération, à la francophonie et aux Droits de l’homme donne trois exemples concrets pour illustrer ses propos : la gestion commune du bassin méditerranéen ; la « grande transition énergétique »,  et la thématique de la culture où les intérêts sont communs et les échanges pourraient être fructueux à la fois pour l’Afrique et pour la France.

    Interrogé sur les étudiants étrangers ayant fait leur étude en France, Pouria Amirshahi annonce: "Nous allons abroger, une décision qui a été prise par François Hollande lui-même, abroger la circulaire Guéant".