Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

Élections 2012 - Présidentielle et législatives

Élections 2012 - Présidentielle et législatives

Vie du PS Mardi 24 Avril 2012 à 11:01

Ségolène Royal : «il y a un désir irrésistible de changement»

 
Ségolène Royal était l'invitée du Soir 3 lundi 23 avril. La présidente de la région Poitou-Charentes a d'abord livré son analyse du score de François Hollande :  «la ligne de conduite aujourd'hui c'est de rassembler. Les Français sont venus voter massivement et ils sont venus voter massivement pour le changement, en reléguant en seconde position le président sortant».
 
Ségolène Royal sur France 3
 
 
«Dès le soir du premier tour, deux autres candidats ont appelé à voter pour François Hollande, c'est la première étape du rassemblement».
 
 

Il y a un désir irrésistible de changement

Ségolène Royal a ensuite lancé «un appel à tous les Français qui pensent que la France mérite beaucoup mieux que ce qu'elle a, et qui veulent que la France soit présidée dans un esprit de justice et d'unité». «Il y a un désir irrésistible de changement et un désir irrésistible de battre Nicolas Sarkozy», a-t-elle également indiqué.
 
«Pendant 5 ans, il y a eu 1000 chômeurs de plus par jour. Nous n'acceptons pas que le chômage ronge la société française, nous n'acceptons pas que les jeunes n'aient comme seule espérance des emplois précaires ou du chômage, nous n'acceptons pas les inégalités sociales. L'enjeu de cette sélection est de savoir si les Français vont mettre au pouvoir un président qui va remettre la France au travail».
 

Le Front national a doublé en 5 ans de pouvoir de Mr Sarkozy

Interrogée sur la percée du Front national, Ségolène Royal a déclaré qu'en 2007, le Front national était à 10%, «aujourd'hui il a presque doublé au bout de 5 ans de pouvoir de Mr Sarkozy». «Cela veut dire que des pans entiers de la société ne se sont plus sentis concernés par l'unité nationale. Ramener la faute à la crise, «c'est trop facile», a pointé la présidente de la région Poitou-Charentes.  «Il y a surtout eu des promesses qui n'ont pas été tenues».