Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

    Législatives

    Législatives

    Vie du PS Mercredi 20 Juin 2012 à 14:20

    Sophie Dessus: «faire les lois, c'est aider les gens»

    Sophie Dessus, nouvelle députée de la première circonscription de Corrèze succédant à François Hollande, était l'invitée mercredi de France Inter. Retour sur la victoire aux élections législatives et les prochains événements à l'Assemblée nationale.

    La députée est d'abord revenue sur son sentiment en arrivant à l'Assemblée: "j'étais très émue de rentrer dans ce lieu chargé d'Histoire. Je pense à tous ceux qui m'ont précédés depuis la Révolution Française ". Puis de rappeler la nécessité de rester soi-même: "faire les lois, c'est aider les gens". Et de poursuivre: "quand on rentre dans l'Assemblée nationale, on ne peut pas ne pas être saisie par la dignité du lieu, par le rôle que l'on va y jouer".

    Des députés sur le terrain

    Interrogée sur ce qu'elle souhaiterait apporter à l'Assemblée, Sophie Dessus répond: "un député, ce n'est qu'un passeur: énormément de générations avant nous ont voté des lois, ont essayé de faire en sorte que la société évolue. Nous, cette génération, on doit transmettre pour les jeunes qui arrivent derrière pour leur passer le relais". La députée rajoute: "bien écouter sur le terrain ce que les gens nous disent: ce n'est pas sur les belles moquettes de l'Assemblée que l'on va inventer des choses. C'est sur le terrain que les gens en ont besoin. [...] On va tout faire pour ne pas les décevoir".

    L'équilibre des territoires

    S'agissant de la désignation du président de l'Assemblée, Sophie Dessus insiste: "je vais écouter ce que chacun [des candidats] a à dire, [...] mais il faut surtout faire en sorte qu'il y ait un bon équilibre entre les territoires urbains et les territoires ruraux".

    Le travail et l'audace

    Enfin la députée termine en évoquant ses influences familiales: son grand-père, professeur de Droit à Assas, sa grande-tante Simone de Beauvoir, dont elle estime avoir hérité du "caractère opiniâtre" qui lui a appris qu'il n'y avait "que le travail et toujours se battre, ne jamais renoncer", avant de reprendre la devise de Sarah Bernhardt: "Quand même", en référence à son audace.

    >> Voir les députés socialistes

    >> Revoir le Conseil national du PS du mardi 19 juin