Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

    Société Mercredi 22 Août 2012 à 12:49

    Un conseil inter-ministériel sur la question des Roms

    Le Premier ministre s'est exprimé mercredi 22 août sur RMC / BFMTV où il est revenu sur la question des Roms.

    Jean-Marc Ayrault préside un conseil interministériel le 22 août à Matignon sur la question des Roms et doit également rencontrer l'association Romeurope.

    Les bidonvilles "illégaux"

    Pour lui il y a un problème évident : dans un certain nombre de ville, les campements se sont transformés en véritables "bidonvilles" et  "ce n’est pas acceptable parce que d’abord, cela est fait de façon illégale; il y a des décisions de justice : elles doivent être appliquées".

    Relogement et emploi

    Pour le Premier ministre, les solutions sont de diverses natures. Il faut tout d'abord profiter de la période de procédure pour trouver des solutions de relogement individuelles. Sur la question du travail le conseil doit trancher mais le Premier Ministre fait remarquer que si les Roms bénéficient d'une liberté de circulation, leur liberté de travail n'est pas totale -du moins jusqu'en 2013- et une taxe est payée par l'employeur ; ils occupent des emplois dont personne ne veut.

    Le gouvernement prendra ses responsabilités mais en même temps, je dis : fermeté, humanité et puis en même temps respect de nos principes républicains et de nos engagements européens. Je suis face à un problème. Moi, mon devoir c’est de trouver des solutions mais de les faire en fonction de nos principes, de nos règles mais de le faire dans la clarté, dans la fermeté et l’humanité.

    >> Voir l'intervention de Manuel Valls: "aucune politique publique que je mène ne sera focalisée sur tel ou tel groupe culturel"