Alain Juppé Président de la République … des sondages

Alain Juppé Président de la République … des sondages

Alain Juppé remportera la primaire de la droite et du centre c’est acquis. Lui et Marine Le Pen seront au second tour, c’est acquis. Alain Juppé va gagner le second grâce au barrage Républicain, c’est acquis. Pourquoi discute-t-on encore de 2017 ?

Si l’on suit les sondages d’opinion, la gauche peut déjà faire ses cartons.

Un cours d’histoire des Présidents de la République désignés par les sondages – élu un an avant – nous enseignerait les apports de ces grands présidents que furent Valéry Giscard d’Estaing (81), Edouard Balladur (95), ou encore Lionel Jospin (2002)

Pourtant, c’est une toute historiographie que les générations d’élèves ont pu lire dans leurs manuels scolaires. Normal, ces sondages se sont trompés.

  • Valérie Giscard D’Estaing, en 1980 déjà crédité de 36% au premier tour, contre 18% pour François Mitterrand, était assuré de gagner la Présidentielle avec 60% des intentions de voix au second tour.

> Vainqueur de l’élection : François Mitterrand

 

  • En 1994, Edouard Balladur est bien loin devant ses adversaires politiques, estimé à 33% il devance de 9 points Lionel Jospin et de 19 points Jacques Chirac.

> Vainqueur de l’élection : Jacques Chirac.

 

  • 7 ans plus tard Lionel Jospin est la star des sondages, estimé premier du premier tour à 29% contre 23% pour le Président sortant, selon un sondage CSA de janvier 2001. Tout le monde se souviendra qu’il n’a jamais atteint le second tour.

> Vainqueur de l’élection : Jacques Chirac

 

  •  En 2006, 2007 : le classement de tête est plutôt bien prédit, à certaines approximations près : « Chez les candidats de la gauche, le vote pour Ségolène Royal, seul candidat majeur, est sous-estimé de près de deux points (1,8), contrairement aux autres candidats de la gauche, tous assez bien estimés, dont les parts de vote varient de moins de 1% (Schivardi) à un peu plus de 4% (Besancenot). Par contre, chez les candidats associés à la droite, Le Pen est fortement surévalué de 3,8 points en moyenne, alors que Sarkozy est sous-évalué dans les mêmes proportions, soit 3,2 points. ».
  • En 2011, soyons fairplay ne regardons pas trop la multitude de sondages qui donnent Dominique Strauss-Kahn victorieux. Mais ces mêmes sondages prédisaient Nicolas Sarkozy perdant dès le 1er tour, Marine le Pen était alors créditée de 20% des voix voire même première du premier tour selon Harris Interactive dans un sondage un an avant l’élection : François Hollande était alors à 22%, Marine le Pen à 23% et Nicolas Sarkozy à 19%. On pouvait ainsi lire ceci dans un article du Figaro :

«  Selon une enquête d’opinion Harris Interactive pour le Parisien Dimanche, la nouvelle présidente du FN, Marine Le Pen, recueillerait 23% d’intentions de vote devant Nicolas Sarkozy et Martine Aubry. Le président de la République et la première secrétaire du PS seraient eux à égalité avec 21% d’intentions de vote. »

Ni Dominique Strauss-Kahn ni Martine Aubry n’ont représenté la gauche à la présidentielle.

Marine le Pen n’a pas été première mais troisième du 1er tour.

Nicolas Sarkozy n’a pas été perdant au 1er tour.

Et François Hollande est devenu le 24ème Président de la République.

Notons par ailleurs que Jean-Luc Mélenchon était estimé à 6% il en a fait 11,10%, Eva Joly crédité de 6% en a recueilli 2,31% etc…

Nous tenons donc à féliciter Alain Juppé, 25ème Président de la République Française des sondages, avant que la réalité ne le rattrape ?

De l’utilité des sondages.

Ce rappel ne doit pas être pris comme une minoration des enjeux électoraux et des rapports de forces actuels, mais comme une double mise en garde.

La première concerne l’analyse faite des sondages, qui, oublie qu’un tiers des Français ne s’expriment pas lors de ces questionnaires (31% lors du dernier sondages TNS-Sofres-OnePoint réalisé entre le 2 et le 5 septembre 2016), oublie également la précaution d’usage face à des dynamiques politiques encore incertaines et oublie la marge d’erreur que ce type de données comporte. Ces oublis ont pour but de prouver deux faits : l’assurance de Marine le Pen d’être qualifiée au second tour, et l’impossibilité pour un candidat de gauche de l’emporter.

On ne peut que s’étonner de cette hypothétique droitisation de la société, ou de son extrême droitisation lorsque l’on sait par ailleurs, selon un sondage Viavoice récent, qu’en matière économique notamment, aucune force d’opposition n’obtient grâce aux yeux des Français pour faire mieux que le gouvernement de François Hollande et de Manuel Valls.

La droite républicaine ne ferait pas mieux selon 52% des sondés, le centre non plus selon 56% des Français, et le FN selon 59%. Même constat concernant la lutte contre la menace terroriste : ni la droite (52%), ni le centre (62%), ni le FN ne ferait mieux.

En effet, les Français ne sont pas en demande d’un casting pour la présidentielle, mais de vrais débats de fonds et de réponses à leurs problèmes, sur la qualité des services publics, la baisse du chômage et la relance de l’activité économique. Ils veulent entendre parler d’éducation, de lien social, des enjeux sécuritaires et démocratiques. En suppléant des individus aux programmes, au projet pour la France et de sa société, ces analyses à l’emporte pièce annihilent le nécessaire débat et la construction de réels objectifs politiques.

Lorsque l’abstention atteint des niveaux records, lorsque l’on sait que la politique inspire avant tout « la méfiance » (39% de Français) et « le dégoût » (33%), que les hommes et femmes politiques provoquent la déception d’une majorité de Français, que de plus en plus de citoyens (31,3% au second semestre 2016, soit 3,4 points de plus en 6 mois) se déclarent sans préférence partisane, devenu 1er groupe politique de France, il est indispensable de cesser cette construction de l’opinion autour de chiffres.

Les sondages ne remplaceront jamais le suffrage universel direct, le vote des citoyens. Attention à ne pas décourager celles et ceux qui aujourd’hui hésitent, s’interrogent en s’acharnant à exclure prématurément tout un bloc et singulièrement le bloc de la gauche !