Bulgarie : le Parti socialiste s’alarme de la nouvelle coalition gouvernementale

Bulgarie : le Parti socialiste s’alarme de la nouvelle coalition gouvernementale

Paris, le 11 mai 2017

Après les élections législatives du 26 mars 2017, le Parlement bulgare a accordé sa confiance le 4 mai 2017 au troisième gouvernement de Boïko Borissov dans lequel l’extrême droite populiste et nationaliste bulgare occupera des ministères stratégiques comme ceux de la Défense et de l’Économie.

Le Premier ministre Borissov affirme que cette extrême droite est assagie et prête à exercer le pouvoir. Il n’en demeure pas moins qu’elle a encore récemment tenté de bloquer la frontière avec la Turquie pour éviter que les Turcs bulgares puissent voter, qu’elle est coutumière des opérations « coup de poing » contre les mosquées et les communautés Roms, ou plus simplement contre les migrants qui cherchent à entrer en Europe en franchissant la frontière extérieure de l’Union européenne.

Rappelons par exemple que Volen Siderov, le dirigeant de l’organisation d’extrême droite Ataka – dont Marine Le Pen dit qu’il est « l’extrême droite, la vraie » – ne craint pas d’évoquer son désir de transformer les Roms de son pays en « savonnettes ». Il soutient directement les milices paramilitaires qui mènent la chasse aux migrants le long de la frontière turque.

Le Parti socialiste s’inquiète de cette nouvelle alliance politique qui, en Europe, voit droite et extrême droite s’entendre pour gouverner. Il demande à Boïko Borissov de ne pas oublier que son pays, la Bulgarie, est composée de citoyens de différentes opinions et origines, et qu’ils ont tous le droit de se voir représentés et défendus par leur gouvernement.

Il soutient le Parti socialiste bulgare et les forces progressistes de la société civile dans leur combat pour la promotion de l’égalité de droits entre tous les citoyens bulgares et la défense de la place de la Bulgarie en Europe.

Il interpelle le PPE sur la nature des coalitions que cette formation politique entend promouvoir pour renforcer les valeurs et les idéaux de la construction européenne.

Il demande aux institutions européennes, particulièrement à la Commission européenne, gardienne de l’esprit et des valeurs des traités fondateurs de l’Union européenne, d’exercer la plus grande vigilance sur l’évolution de la Bulgarie au cours des semaines et mois à venir.