Vous ne pouvez pas aller voter ?
Pensez à faire une demande de procuration
Cliquez ici pour faire votre demande
Gambie : le PS salue le retour à la souveraineté du peuple gambien

Gambie : le PS salue le retour à la souveraineté du peuple gambien

Après 22 ans à la tête de la Gambie, Yahya Jammeh s’est enfin résolu à respecter le résultat du vote des Gambiens qui, le 1er décembre 2016, ont élu Adama Barrow président. Il a quitté le pays pour l’exil (Guinée équatoriale).

Le Parti socialiste se réjouit de cette issue heureuse, après de longues semaines où Yahya Jammeh a tout tenté pour rester au pouvoir. Le PS salue la ténacité et la maturité du peuple gambien, de ses responsables politiques et de la société civile qui ont patiemment construit la victoire de la démocratie et, particulièrement et fraternellement, nos camarades du Parti démocratique unifié (UDP).

Ce dénouement positif souligne la prise de conscience par les Etats voisins de la nécessité de faire triompher le droit et la démocratie. Sous l’autorité active de Mme Ellen Johnson Sirleaf et de M. Marcel Alain de Souza, la Communauté économique des Etats de l’Afrique de l’Ouest (CEDEAO) a, depuis la mi-décembre 2016, multiplié les médiations et ambassades pour obtenir le retrait de Yahya Jammeh et la mise en place des nouvelles autorités gambiennes élues. Cette action volontaire de la CEDEAO a été fortement appuyée par l’Union africaine et par la communauté internationale, notamment par le Conseil de sécurité des Nations-Unies. Mais c’est sous la menace d’une intervention militaire de la CEDEAO déjà engagée que Yahya Jammeh a finalement accepté de céder le pouvoir au terme d’une ultime médiation conduite par les présidents mauritanien et guinéen.

Cette expérience confirme que la détermination des uns et des autres et la convergence de leur action diplomatique, éventuellement renforcées par d’autres moyens de pression – y compris militaires -, sont en mesure de venir à bout  pacifiquement  d’un pouvoir autoritaire et illégal.

Le Parti socialiste encourage les organisations régionales et internationales qui ont été actives dans le règlement de la crise gambienne à prolonger leurs efforts en ce sens et pour d’autres théâtres, notamment africains. La résolution pacifique de la crise gambienne est aujourd’hui un exemple pour les peuples et les jeunesses du monde entier.

Le PS se félicite  que la perspective, ouverte en 1990 lors du Sommet de La Baule par le président François Mitterrand, soit aujourd’hui largement partagée par les responsables de nombreux Etats africains. Cela rend possible, solide et pérenne une relation fondée sur l’égalité, la confiance et la solidarité entre la France et les différents pays d’Afrique, voulue par François Hollande et par les autorités françaises depuis 2012.

Il faut aujourd’hui aider la Gambie a construire puis à consolider développement économique et institutions démocratiques. Le Parti socialiste renouvelle son soutien fraternel au président Barrow et à l’UDP.  Il veillera particulièrement à la bonne tenue des élections législatives, initialement programmées en avril 2017, et qui seront un moment important de la mise en place d’institutions nouvelles et démocratiques.