Jour du dépassement : les socialistes demandent des moyens garantis pour la transition écologique

Ce mercredi 2 août 2017, l’humanité aura consommé la totalité des ressources que la planète peut renouveler en une année et nous vivrons donc à crédit jusqu’au 31 décembre. Cette journée, calculée par l’ONG Global Footprint Network, intervient de plus en plus tôt.

En France, le coût de cette surconsommation est déjà visible : pénuries en eau, sécheresse, érosion des sols, baisse de la productivité agricole, déforestation, disparition des espèces.

Pour le Parti socialiste, cette situation peut et doit être inversée. Nous connaissons en effet les mesures à prendre pour y remédier et accélérer la transition vers un modèle de développement efficace et responsable qui n’aggrave pas notre dette écologique. Réduire les émissions mondiales de CO2 de 50% permettrait ainsi de retarder le jour du dépassement de près de trois mois et une réduction de 50% des déchets alimentaires dans le monde pourrait la faire reculer de 11 jours. S’affranchir des énergies fossiles permettrait en outre d’atteindre les objectifs de l’Accord de Paris sur le climat

Le Parti socialiste ne doute pas de la volonté du Ministre de la transition écologique et solidaire, Nicolas Hulot, d’engager plus avant notre pays dans ce nouveau modèle de développement plus respectueux des hommes et de la nature. Il s’interroge, en revanche, sur les  moyens dont il dispose réellement pour mettre en œuvre cette politique – à titre d’exemple, son plan climat n’est toujours pas financé. Sans moyens, la transition écologique pourrait faire du sur-place.