Renforcer l’Union européenne et la démocratiser

– Jeudi 28 septembre 2017 –

Le Parti socialiste, depuis les années 1950, a soutenu la création des premières communautés européennes et à chacune des étapes d’approfondissement de ce qui est devenue l’Union européenne, il en a été un acteur décisif et positif.

Au cours des toutes dernières années, après la crise financière de 2008, il a contribué avec le président François Hollande et les gouvernements de Jean-Marc Ayrault, Manuel Valls et Bernard Cazeneuve à maintenir et à défendre l’unité et l’intégrité de la zone Euro, à en renforcer les mécanismes pour prévenir de nouvelles crises et permettre aux États membres de mieux répondre aux chocs externes dans la solidarité. De même, face aux dangers du terrorisme, il a initié avec les autres États membres de nouvelles coopérations pour la sécurité des citoyens européens et proposé d’avancer dans l’Europe de la défense.

En mai 2017, lors du second tour de l’élection présidentielle, le Parti socialiste a donc soutenu sans hésiter Emmanuel Macron contre Marine Le Pen et toutes celles et tous ceux qui voulaient faire de l’Union européenne le bouc émissaire des difficultés rencontrées en France. Depuis son élection à la présidence de la République, Emmanuel Macron a ponctué son action de déclarations pro-européennes fortes, dont celle du 26 septembre 2017 à la Sorbonne.

Au cours de cette intervention, Emmanuel Macron a repris avec justesse nombre de propositions déjà exprimées par de nombreux acteurs européens sur la nécessité de renforcer la zone euro, d’avancer dans l’harmonisation fiscale et dans la défense européenne. La plupart de ces idées et propositions sont portées depuis des années par les socialistes.

L’agenda déployé dans le domaine européen par Emmanuel Macron va jusqu’en 2024, soit d’aujourd’hui jusqu’à la fin du prochain mandat de la Commission et du Parlement européens. Au cours de cette période à venir, le Parti socialiste et ses amis et camarades partout en Europe au sein du Parti socialiste européen entendent eux aussi développer leurs propres arguments et propositions, en toute liberté, participer sous leurs couleurs aux échéances électorales européennes et ainsi contribuer concrètement au nécessaire débat citoyen et européen.

Les socialistes seront aussi attentifs à ce que les grandes déclarations soient suivies d’applications concrètes favorables à tous.

Les socialistes participent toujours au chantier d’une Europe plus unie, plus démocratique donc plus efficace, qui pèse dans le monde. Ils participeront donc activement aux débats des conventions démocratiques mises en place, mais sans confusion, avec leurs propres idées. D’ores et déjà, ils soulignent l’importance et la nécessité d’un véritable pilier social dans l’Union européenne, s’ajoutant aux piliers déjà existants dans le domaine économique et monétaire, ou pour les affaires intérieures, et initiant en Europe une vraie convergence sociale vers le progrès.