Serbie : Inquiétude sur la liberté d’expression et des médias

Le 12 octobre 2017,

Aujourd’hui 12 octobre 2017 se tient à Belgrade une réunion des responsables et des journalistes des principaux médias indépendants de Serbie pour lancer une nouvelle campagne de communication visant à rappeler les menaces qui pèsent sur la profession, suite à une multiplication récente d’incidents les frappant.

 

Sur le seul mois de septembre 2017, c’est ainsi un journaliste d’investigation qui, parce qu’il s’interrogeait sur l’origine d’un financement de 205 000 EUR ayant permis à un ministre d’acheter un appartement à Belgrade, se fait insulter et traiter de « toxicomane » et de « grand ennemi de l’Etat » par le fameux ministre. C’est aussi le rédacteur en chef de l’un des principaux hebdomadaires de province d’engager une grève de la faim pour attirer l’attention sur la faillite de son journal, après le boycott publicitaire organisé par le pouvoir en place et les cercles d’affaire qui lui sont proches et dénoncer « l’absurdité de la lutte pour la liberté de la presse »…

 

Toutes ces menaces font l’objet de signalements et d’alertes régulières, tant de la part des ONGs concernées que des services de la Commission européenne en charge de l’élargissement ou du Représentant de l’OSCE pour la liberté des médias. Leurs origines sont de différentes natures :

  • les principaux médias sont dans les mains de quelques hommes de pouvoir et d’argent proches des autorités en place, ce qui facilite une politique systématique de lynchage quotidien ;
  • cette situation de dépendance financière et politique implique chez les journalistes employés par ces médias des stratégies d’autocensure ;
  • dans le même temps, les médias indépendants sont dans des situations financières très fragiles par l’absence de soutien de la puissance publique garante de la liberté de la presse et des médias;
  • enfin les journalistes diffamés, voire agressés, parviennent difficilement, voire pas du tout, à déposer leurs plaintes et à faire valoir leurs droits devant la justice…

 

Aujourd’hui, nous le regrettons mais nous devons constater que les autorités serbes, par leur manque de réaction face l’aggravation de la situation des médias indépendants, sont de fait complaisantes face à cette vague d’intimidation d’une ampleur jamais relevée auparavant.

 

Au moment où la Commission européenne travaille sérieusement sur la perspective d’adhésion de la Serbie, le Parti Socialiste réaffirme la nécessité du respect des valeurs fondamentales de l’Union par tous les Etats candidats. Il exige, dans le cas précis, que les éléments constitutifs du bon fonctionnement de l’Etat de droit soient renforcés. Enfin, il soutient les initiatives des associations représentant les médias indépendants serbes et leurs journalistes.

 

 

Pour en savoir plus :

 

https://rsf.org/fr/actualites/medias-serbes-qui-possede-quoi

https://www.courrierdesbalkans.fr/Serbie-les-journalistes-sous-le-feu-des-tabloids

https://rsf.org/fr/actualites/rsf-apporte-son-soutien-aux-medias-independants-serbes-victimes-dattaques-repetees

http://www.balkaninsight.com/en/article/serbian-journalists-and-ngos-set-up-new-campaign-for-media-freedom-10-05-2017

http://www.bazenuns.rs/srpski/napadi-na-novinare