« Travailler ensemble pour répondre à la crise des réfugiés »

Les 30 et 31 octobre, à l’initiative du Parti socialiste européen, du groupe Socialistes & Démocrates du Parlement européen, du Global Progressive Forum et du Forum social-démocrate arabe, une conférence s’est tenue à Beyrouth sur le thème de « Travailler ensemble pour répondre à la crise des réfugiés ».

Au nom du Parti socialiste, ont assisté à cet événement Jean-Marc Germain, Secrétaire national chargé du Pôle Mondialisation/Régulation/Coopération, Rita Maalouf, Secrétaire nationale aux droits de l’homme et à l’humanitaire ; à noter également l’intervention en plénière de l’eurodéputé et Secrétaire national à la coopération nord-sud, Gilles Pargneaux.

La variété des interventions de responsables politiques européens et arabes, du gouvernement libanais mais aussi des agences onusiennes qui sont au front de l’accueil des réfugiés syriens, et palestiniens, ont permis aux débats d’aborder les questions concrètes des besoins qui se posent à la survie des populations civiles ayant fui à la guerre et subi d’importants traumatismes. La venue de ces populations n’est pas sans conséquences pour les pays hôtes, ce qui a pu être directement constaté par les participants à la conférence lors de visites organisées dans des camps de réfugiés.

Ainsi, au Liban, en Jordanie et en Turquie, non seulement  une part importante de leurs ressources budgétaires propres est consacrée aux réfugiés, mais leur présence massive constitue aussi un lourd défi social et démographique pour des économies nationales fragiles. De surcroît, malgré la mise en place de programmes et d’instruments européens communautaires de soutien aux réfugiés et pays hôtes, force est de constater aussi le manque de cohésion entre ces outils institutionnels européens, ce à quoi tentent de remédier les eurodéputés progressistes à travers notamment la révision de la Politique européenne de voisinage.

Ce dernier thème avait d’ailleurs été largement traité avant la conférence lors d’une session du Dialogue régional sur le partenariat UE-monde arabe, co-organisé par le réseau européen des sociétés civiles Solidar, très actif notamment auprès du Parlement européen pour progresser sur la nécessaire construction d’un espace euro-méditerranéen.

Au regard du flux migratoire des Syriens et Irakiens rejoignant l’espace de l’Union européenne, notre famille progressiste euro-méditerranéenne s’est retrouvée dans le constat général que plus qu’une « crise des réfugiés », il s’agit surtout d’une « crise européenne ». Il n’y a qu’à comparer les chiffres pour admettre combien paraissent dérisoires pour nos interlocuteurs de la rive sud de la Méditerranée les polémiques entre Etats membres sur la répartition des réfugiés.

Par rapport à 508 millions d’habitants au sein de l’UE, 800 000 réfugiés de tous pays ont rejoint l’espace européen entre janvier et septembre, sur 4,1 millions réfugiés enregistrés pour la seule Syrie (sans compter les déplacés internes, 7,6 millions, inclus dans les 12,2 millions en besoin urgent d’aides humanitaires). A titre de comparaison éloquente, le nombre de 1,2 million de réfugiés syriens accueillis au Liban représente l’équivalent d’un quart de la population libanaise, alors même que ce pays traverse une grave crise politique et institutionnelle qui fragilise l’équilibre communautaire instauré pour la gestion du pays.

La conférence s’est achevée par l’adoption d’une déclaration remettant en avant que les valeurs de solidarité et de paix sont la base de l’Europe et des liens avec la rive sud de la Méditerranée que nous voulons.

Les billets

Quel partenariat euro-méditerranée ? par Rita Maalouf
Humanitaire et droits de l'homme

Quel partenariat euro-méditerranée ? par Rita Maalouf

Retrouvez la tribune de Rita Maalouf parue dans le Huffington Post !  Penser autrement...