Argumentaire : Europe : un nouveau cap, de nouvelles priorités, de nouveaux espoirs

À la politique du coup de menton de Nicolas Sarkozy, a succédé la politique de conviction de François Hollande. En Europe, on ne gouverne pas à coup d’injonctions. Après le choix de l’austérité contre la croissance, le nouveau gouvernement français a fait le choix de la croissance contre l’austérité par la conclusion d’un pacte de croissance de 120 milliards d’euros, dès l’été 2012 afin de redonner la priorité à l’emploi par la relance économique et, inversement, à la relance par l’emploi.