Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

Libertés, médias, justice et sécurité Vendredi 22 Mars 2013 à 15:17

Affaire Sarkozy/Bettencourt: intimidation? Nervosité? La droite met à mal l’indépendance de la justice

Marie-Pierre de la Gontrie, Secrétaire nationale aux libertés publiques et à la justice
Matthias Fekl, Secrétaire national aux institutions, à la réforme et à la modernisation de l’Etat

La mise en examen par 3 juges indépendants de l’ancien président de la République, Nicolas Sarkozy, soulève à droite une avalanche de réactions inacceptables et  irresponsables.

Tout en rappelant la présomption d'innocence de Nicolas Sarkozy, nous condamnons les attaques de la droite qui, comme à son habitude, met en cause la compétence et l’intégrité des magistrats mais aussi l’indépendance de la justice. Elle continue à considérer les magistrats comme des "petits pois" selon la formule de Nicolas Sarkozy, au mépris de nos institutions républicaines.

En accusant le juge d’instruction de « déshonorer la justice », Henri Guaino met gravement en cause le fonctionnement de nos institutions, et compromet le travail de la justice pourtant seule à même d’établir l’innocence proclamée de Nicolas Sarkozy.

François Hollande s’était engagé à mettre fin aux instructions au parquet dans les affaires individuelles, engagement mis en œuvre dès la circulaire de politique pénale de Christiane Taubira du 19 septembre 2012, et qui sera traduit dans le projet de loi relatif aux relations chancellerie parquet qui sera présenté mercredi en Conseil des ministres.

L’ouverture cette semaine par le parquet de Paris d’une information judiciaire pouvant viser un ministre en exercice suffit à démontrer que le gouvernement respecte cet engagement, et laisse  la justice suivre son cours dans le respect de nos institutions .