Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

    Economie, entreprise, industrie Jeudi 24 Mai 2012 à 11:01

    Avec François Hollande, la croissance avance et l’Europe aussi

    Comme il l'avait fait avec la chancelière Merkel à Berlin le 15 mai, le Président de la République a présenté hier aux chefs d’Etat et de gouvernement de l’Union européenne son projet pour l’Europe. Avec trois mots d'ordre : sérieux, croissance et solidarité.

    Fait nouveau depuis cinq ans : quand la France a exprimé sa position, l’Europe l’a écoutée. Alors que son prédécesseur se positionnait toujours par rapport à d’autres, c’est autour des propositions de François Hollande que le débat s'est noué au sommet de Bruxelles et qu'il va se poursuivre dans les prochaines semaines.

    Dans la campagne législative, l'UMP s'échine à resservir la critique qu'elle formulait pendant l'élection présidentielle : avec la gauche et son exigence de croissance, la France serait isolée. Cette affirmation est balayée par les faits.

    Mobilisation des fonds structurels européens pour l'emploi et la formation, renforcement de la Banque européenne d’investissement pour soutenir la recherche et l’innovation, « project bonds » pour financer les grands projets d’avenir – toutes les propositions de François Hollande seront mises sur la table du Conseil européen les 28 et 29 juin. On est loin des pactes dits « de compétitivité » et « pour l’euro plus » défendus par M. Sarkozy en 2010 et 2011 qui prévoyaient, pour toute ambition européenne, l’inscription obligatoire de pseudo règles d'or dans les Constitutions des Etats membres, la désindexation des salaires sur les prix, la retraite à 67 ans ou l’harmonisation de l’impôt sur les sociétés vers le moins-disant !

    Sur les euro-obligations aussi, le changement est manifeste. Le précédent président français avait fait un grand pas en arrière en renonçant, à la demande de l'Allemagne, à l'instauration de ce levier indispensable à une croissance durable et à une intégration économique renforcée en Europe. En décembre 2011, il estimait que les euro-obligations « n’étaient en aucun cas une solution à la crise ». Une semaine après sa prise de fonction, François Hollande a réussi à obtenir le soutien d'un grand nombre de pays membres, l'appui des institutions communautaires et l'encouragement des organisations économiques internationales. Grâce à la France, cette idée fera partie de l’agenda des discussions. Pour la première fois depuis bien des années, aucun sujet n’est désormais tabou en Europe.

    Le 26 mars dernier dans Ouest-France, M. Sarkozy affirmait que nous étions « sortis de la crise financière et en phase de reprise économique ». La situation de la Grèce, qui a fait l'objet d'une position unanime des Vingt-Sept hier, montre qu’il n'en est rien, hélas. Mais l’espoir renait et il vient de France : en une semaine à la tête de l’Etat, François Hollande a plus fait avancer la cause de l'Europe auprès des peuples que son prédécesseur en un mandat.