Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

Élections 2012 - Présidentielle et législatives

Élections 2012 - Présidentielle et législatives

Vie du PS Mercredi 4 Avril 2012 à 16:53

Ce qui serait "cauchemardesque" c'est un nouveau quinquennat de Nicolas Sarkozy

La porte-parole de Nicolas Sarkozy a trouvé le mot juste : "cauchemardesque", c'est bien ce que serait un nouveau quinquennat de Nicolas Sarkozy. Cauchemardesque car ce serait son bilan en pire. Le programme caché du candidat sortant est en effet limpide : hausses d'impôts, austérité, baisse du pouvoir d'achat et liquidation de notre modèle social.

Si Nicolas Sarkozy était réélu, sa politique serait celle d'un libéralisme dur, organisant la liquidation des éléments fondateurs de notre modèle social, issu du Conseil National de la Résistance. Tout y passerait : le contrat de travail, la sécurité sociale, notre système de santé et de solidarité avec les personnes âgées qui seraient renvoyées vers le "chacun pour soi" des assurances privées.         

L'agenda du changement présenté par François Hollande ne relève pas d'un "exercice de politique fiction", mais du sérieux et de la considération due aux citoyens à l'approche d'un grand rendez-vous démocratique lors duquel chacun doit choisir en connaissance de cause. François Hollande a présenté un projet global, cohérent, chiffré, en toute clarté et en disant comment il serait mis en œuvre. A ce jour, le candidat de l'UMP n'a pas encore de projet...        

Enfin parler de "drame" à propos du rétablissement du droit de partir à la retraite à 60 ans pour ceux qui ont commencé à travailler très jeune témoigne d'une singulière inversion des valeurs. Il s'agir d'une mesure de justice, de revalorisation de la valeur du travail, qui est très attendue par les salariés qui ont été victimes de la réforme Fillon.