Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

Élections 2012 - Présidentielle et législatives

Élections 2012 - Présidentielle et législatives

Economie, entreprise, industrie Mercredi 28 Mars 2012 à 13:28

Epargne : le désaveu de la politique de Nicolas Sarkozy

L’INSEE vient d’annoncer que le taux d’épargne des Français a atteint, en 2011, 16,8% du revenu des ménages. Ce triste record est un nouveau révélateur de l’échec de la politique du candidat-sortant. Elle est l’illustration de la défiance des Françaises et des Français à l’égard de notre économie, de leur crainte du lendemain, de leur rejet de l’investissement. Nicolas Sarkozy avait annoncé le quinquennat de la rupture. La seule rupture qu'il a réussie, c'est celle avec la confiance des Français. Face à un tel désaveu, un tel niveau d'échec, la seule solution c'est de changer de politique, et pour changer de politique il faut changer de président.

Tel est le résultat d’une politique inefficace et inconséquente durant cinq ans, pendant lesquelles l’investissement n’a pas été valorisé, à la différence du capital qui a sans cesse été soutenu par le démantèlement de l’imposition sur le patrimoine. Ce résultat est profondément inquiétant pour la prochaine génération qui voit l’espérance dans l’avenir se réduire. Il explique la faible de croissance à 0,3% pour le dernier trimestre 2011 et la destruction permanente d’emplois dans notre pays.

En outre, ce haut taux d’épargne confirme la justesse de la proposition de François Hollande qui, à travers le doublement du plafond du livret A et l’introduction du livret épargne industrie, prévoit des mécanismes qui permettront de mobiliser l’épargne au service de l’activité économique, du financement de nos Petites et Moyennes Entreprises et du logement.

Après les chiffres du chômage, ceux sur l’épargne des Français apparaissent comme un nouveau désaveu de la politique de Nicolas Sarkozy. Ces résultats confirment ce que nous savions : Nicolas Sarkozy est le candidat de la défiance et de la rente, François Hollande est celui de la confiance et de l'espérance dans l'avenir.