Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

Élections 2012 - Présidentielle et législatives

Élections 2012 - Présidentielle et législatives

Economie, entreprise, industrie Jeudi 26 Avril 2012 à 14:56

Juppé joue contre la France

Alors que les chiffres du chômage pour le mois de mars seront publiés ce soir et devraient se conclure par une nouvelle hausse traduisant l’échec de la politique du candidat-sortant, Alain Juppé a tenté de faire diversion en annonçant que François Hollande courrait « le risque de redéclencher une crise des dettes souveraines en Europe. »

Le problème de cette méthode de la diversion permanente, c’est qu’en l’occurrence il s’agit d’appels à demi-mot en direction des spéculateurs pour qu’ils agissent contre la dette française. On ne peut pas, même dans le cadre d’une manœuvre politique, tenir des propos qui vont contre les intérêts de la France.

De surcroît, Nicolas Sarkozy a été incapable de résoudre la question de la dette européenne. La méthode qu’il défend de l’austérité permanente se conclut partout en Europe par un échec. L’Espagne est toujours dans l’impasse budgétaire, le gouvernement néerlandais a été contraint à la démission, ce que le candidat sortant ne comprend pas c’est que la politique de l’ultra-rigueur ne se conclura par rien d’autre que l’ultra-récession et en aucun cas l’équilibre des comptes publics.

La réalité c’est que de nombreux Etats en Europe, ainsi que le peuple européen, espèrent la victoire de François Hollande qui porte aujourd’hui la perspective du redressement sur tout le continent.