Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

    Élections 2012 - Présidentielle et législatives

    Élections 2012 - Présidentielle et législatives

    Mardi 13 Mars 2012 à 16:17

    Le mensonge est le moteur du sarkozysme

    Depuis dimanche, Nicolas Sarkozy cherche à accréditer, à grand renfort d'effets d'annonces et en convoquant tous les effets spéciaux, l'idée qu'il pourrait être la meilleure alternative à lui- même. Avec méthode, il cherche à démontrer qu'il est le plus qualifié pour porter une politique de nature à corriger le désastre que constitue son bilan, c'est à dire pour faire l'exact contraire de ce qu'il a fait au cours de son quinquennat.

    Sa campagne est un remake remasterisé de celle de 2007, en trois D :

    D comme dithyrambe, pour impressionner à Villepinte, pour contraindre par la peur,  car il sait ne pas pouvoir convaincre par la force d'un bilan ou le début d'une espérance.

    D comme diversion, en cherchant dans une fuite en avant à occulter l'incapacité qui fut la sienne comme président de la République, président de l'Union européenne en 2008 et du G20 en 2011, de protéger l'Europe et la France des risques de la désindustrialisation, de l'austérité, de l'affaiblissement tout simplement. Dans une opération d'enfumage caractéristique du sarkozysme, il nous explique désormais que tout peut être renégocié en Europe, à l'exception de l'essentiel, c'est à dire du traité préparé par le directoire de l'austérité, dont il est l'un des inspirateurs qui condamne les peuples d'Europe aux sacrifices à perte de vue.

    D comme démagogie, lorsqu'il propose de taxer les exilés fiscaux après  avoir multiplié, pendant cinq ans et sans résultats, les cadeaux et les avantages de tous ordres pour les faire revenir ! Le président des riches voudrait se retourner contre eux, le temps d'une campagne et avec leur complicité, pour être garanti de pouvoir continuer à les servir dans l'hypothèse funeste d'une victoire !

    Le mensonge placé à ce point au cœur d'une campagne électorale, c'est le mépris des Français érigé en méthode, en moyen, en arme ! Sans vergogne !