Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

Élections 2012 - Présidentielle et législatives

Élections 2012 - Présidentielle et législatives

Vie du PS Mercredi 23 Mai 2012 à 14:02

Législatives : le seul projet de l’UMP, c’est la revanche

Depuis le 6 mai, la droite n’a aucune proposition à offrir aux Français, il ne lui reste plus que les basses polémiques. Ces derniers jours, l’UMP et M. Copé multiplient les polémiques absurdes : sur la passation de pouvoir, les rencontres internationales de François Hollande, la ministre de la Justice.

L’UMP de M. Copé c’est la droite revancharde qui abime le débat démocratique.

M. Copé voudrait effacer le choix souverain exprimé le 6 mai par les Français. L’UMP, plombée par ses divisions, est incapable de formuler la moindre proposition : ses responsables, quand ils ne sont pas occupés par leur foire d’empoigne, sont dans une surenchère revancharde, une surenchère de polémiques, et une surenchère de dérapages. Non seulement la droite implose, mais elle continue sa dérive sur la ligne Buisson-Guéant-Peltier.

C’est un terrible contraste avec un Gouvernement au travail, au plus près des préoccupations des Français.

Quel contraste entre un Gouvernement à l’image de la France et une UMP qui ne respecte ni la parité, ni la diversité, incapable de se renouveler et qui ressemble à un parti du siècle dernier.

Le slogan de l’UMP est « choisir la France ». Mais la France, elle, a choisi François Hollande.  M. Copé et l’UMP devraient enfin le comprendre !

J’appelle M. Copé à se défaire de son esprit de revanche et à respecter les Français, leur choix exprimé le 6 mai et leur droit à un vrai débat démocratique pour les législatives.

J’appelle les Français à se mobiliser massivement pour les prochaines élections législatives, pour ne pas se laisser voler par la droite la victoire du 6 mai et le changement.

Le 17 juin, il faut, à l’Assemblée nationale, la majorité la plus forte pour le changement porté par François Hollande et le Gouvernement de Jean-Marc Ayrault.