Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

PSA

PSA

Economie, entreprise, industrie Mercredi 25 Juillet 2012 à 13:10

Martine Aubry : "un nouveau cap porteur d'espoir et d'avenir pour l'industrie automobile"

Je me réjouis du plan adopté par ce matin par le conseil des ministres pour la filière automobile. Un nouveau cap porteur d'espoir et d'avenir a été fixé pour l'industrie automobile : celui de la mutation technologique et écologique de la filière. Le gouvernement s'attaque aux difficultés du secteur par tous les bouts.

C'est d'abord une action sur la consommation avec l'incitation à l'achat de véhicules propres par les particuliers (bonus double pour les hybrides et en hausse de 40% pour les électriques soit 7000 euros) ou par l'administration (1/4 des véhicules propres ; 100% électrique pour les véhicules de ville).

C'est aussi une nouvelle orientation des aides publiques à la recherche et l'innovation, qui viseront désormais à inventer les ruptures technologiques qui feront de la France une nation leader pour les véhicules de demain  : 400 m€ de crédit impôt recherche, 350 m€ d'investissements d'avenir et création d'un institut de la recherche technologique.

C'est ensuite une approche globale et solidaire, qui prend en compte l'ensemble de la filière avec tous ses sous-traitants et pas seulement les constructeurs - à travers le renforcement de 150 m€ des moyens d'Oséo et du fonds de modernisation des équipementiers de l'automobile -, et qui associe les collectivités locales -régions en tête- et les partenaires sociaux,

C'est une approche responsable, aucune aide ne sera apportée sans garanties sociales et de maintien d'activité sur le territoire.

C'est enfin une approche qui n'oublie pas la dimension européenne, et notre exigence de justice dans les échanges commerciaux mondiaux, en demandant à la Commission européenne de prendre des mesures de mise sous surveillance de l’accord de libre-échange UE-Corée.

Le redressement productif de la France se fera en mobilisant, filière par filière, tous les acteurs et tous les leviers de l'action publique. Le Parti Socialiste se félicite que cela commence aujourd'hui avec l'industrie automobile, si essentielle à notre économie, et qui traverse une passe difficile.