Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

Emploi et travail Mardi 31 Mars 2009 à 17:50

Non à la privatisation du service public de l’emploi

Après la fusion bâclée au sein du « Pôle Emploi » de l’ANPE et des ASSEDIC, qui voit notamment la dégradation des conditions d’accueil et d’accompagnement des usagers ainsi que des retards d’indemnisation pour plusieurs dizaines de milliers de chômeurs, une nouvelle étape dans le démantèlement du service public d’emploi vient d’être franchie. Alors que toutes les formules de privatisation d’accompagnement des chômeurs expérimentées en Europe se sont avérées être des échecs, « Pôle Emploi » choisit clairement de s’engager dans cette voie, celle de la déresponsabilisation des pouvoirs publics. A partir du 1er juillet, après une phase d’expérimentation commencée en 2005 et dont les résultats ne sont ni mesurés, ni discutés, ce sont 350 000 chômeurs qui seront suivis par des cabinets privés, et ce alors que la gouvernance de « Pôle Emploi » n’est toujours pas stabilisé. L’appel d’offre lancé vendredi par « Pôle Emploi », vise tout simplement à privatiser un secteur public. C’est une réelle ambition pour un service public de l’emploi efficace qu’il faudrait pour notre pays aujourd’hui. L’annonce de 1840 recrutements au sein du « Pôle emploi » n’est malheureusement pas à la hauteur des enjeux et de la crise qui a vu le nombre de demandeurs d’emploi augmenter de 90 000 en janvier et 80 000 en février. Le Parti socialiste s’oppose avec la plus grande fermeté à la privatisation des services publics et demande un audit public de la fusion ANPE/ASSEDIC. Il demande un moratoire du plan de suppressions d’emplois et de la mise en place de la RGPP. Communiqué de Pascale GERARD, Secrétaire nationale à la Formation professionnelle et à la sécurité sociale professionnelle Razzy HAMMADI, secrétaire national aux services publics