Connectez-vous

Identifiez-vous :

Avec votre compte
Parti-socialiste.fr

Saisissez votre adresse de courriel
Saisissez votre mot de passe

Avec votre compte
Facebook ou Coopol

Coopol connect
Parti socialiste

Adhérez au PS Débattre, agir
et préparer l'avenir

Soutenez le PS De l'énergie pour
le changement

Contactez le PS Entrez en contact avec
le PS près de chez vous

Web TV du parti socialiste

    Élections 2012 - Présidentielle et législatives

    Élections 2012 - Présidentielle et législatives

    Libertés, médias, justice et sécurité Vendredi 10 Février 2012 à 20:14

    Traité ACTA

    Equipe de campagne 
    Aurélie FILIPPETTI, Responsable du pôle Culture, Audiovisuel, Médias 
    Fleur PELLERIN, Responsable du pôle Economie numérique

    Depuis 2008, de nombreux pays (UE, Etats-Unis, Canada, Japon, Corée du Sud, Australie, etc.) négocient un accord commercial dit ACTA (Anti-Counterfeiting Trade Agreement). Originellement destiné à combattre la contrefaçon commerciale, ce texte a été progressivement détourné de son objectif, dans la plus grande discrétion et en dehors de tout processus démocratique.

    Scandalisé par le manque de transparence qui caractérise les négociations, auxquelles les sociétés civiles n'ont nullement été associées, et par la mise à l’écart des revendications du Parlement Européen, Kader Arif, rapporteur du texte, a choisi de démissionner pour dénoncer ce qu’il décrit comme une « mascarade ».

    Nous souhaitons donc réitérer notre attachement à la liberté d’expression, à la sécurisation de l'accès aux contenus sur internet pour les citoyens, au développement des offres légales et à la lutte contre le piratage commercial. Nous pensons qu'il est aujourd'hui indispensable de défendre et d'adapter le droit d'auteur à la révolution numérique, mais considérons que la méthode à privilégier pour poursuivre cette réflexion doit être ouverte, démocratique, et doit prendre en compte le principe de neutralité du net auquel nous sommes attachés.

    Déjà signé par une trentaine de pays depuis le mois d’octobre dernier, le traité ACTA doit passer très prochainement devant le Parlement européen. Nous interpellons donc le Gouvernement pour l’alerter sur les enjeux démocratiques qui sont en cause, et appelons au refus de sa ratification par le Parlement Européen.