La promotion de l’égalité réelle, au cœur de nos engagements pour les outre-mer

Les territoires d’outre-mer représentent une chance pour la République. Cependant, certaines inégalités perdurent avec l’hexagone. Les socialistes se sont attachés à ramener la République et la justice sociale au cœur des territoires ultra-marins.

Les enjeux

Pour les socialistes, l’enjeu est de parvenir à une égalité réelle entre les territoires d’outre-mer et la métropole tant sur le plan économique que social car les outre-mer font partie intégrante de la République.

De nombreux défis sont à relever. Le taux de chômage est plus élevé en outre-mer que dans l’hexagone. Il dépasse largement les 20 % de la population active, soit plus du double qu’en métropole. Il touche aussi très durement la jeunesse, là encore dans de plus grandes proportions qu’en métropole.

Les inégalités concernent aussi le logement (déficit de 90 000 logements sociaux), la santé, la vie trop chère. La liste des combats à mener n’est pas exhaustive.

Recouvrant des réalités très distinctes, il est nécessaire de tenir compte des spécificités de chaque territoire ultra-marin pour répondre au mieux aux attentes et aux besoins des populations. C’est à cette condition que l’égalité réelle entre les territoires sera atteinte.

Ce que proposent les socialistes

Conscient du potentiel et de la diversité des outre-mer, les socialistes ont porté des engagements en faveur du développement des territoires ultra-marins, au côté de François Hollande. Depuis 2012, le gouvernement est à l’œuvre pour réaliser les 30 engagements présidentiels spécifiques pour les outre-mer, qu’avait pris le président de la République lorsqu’il était candidat.

Dès la première année du quinquennat, le gouvernement a fait voter un projet de loi relatif à la régulation économique en outre-mer. L’objectif de cette loi a été de lutter contre la vie chère afin de réduire les écarts de prix avec l’hexagone.

Pour lutter contre le chômage, le gouvernement a pris des mesures en faveur de l’emploi. Ainsi, le CICE est majoré en outre-mer à 9% depuis 2016 contre 6% en métropole. De même, le maintien de la défiscalisation outre-mer a été acté jusqu’en 2020 dans le budget 2016. Cette mesure permet de donner de la visibilité aux entreprises sur l’avenir.

Le gouvernement a également mis en place le plan national de logement qui vise à atteindre l’objectif de 10 000 logements construits ou réhabilités par an.

Les socialistes se sont aussi engagés pour la continuité territoriale, pour la jeunesse (plan national jeunesse), pour la transition énergétique. Un plan spécifique pour la santé des ultra-marins est nécessaire.

Les outre-mer ont toujours constitué une priorité pour les socialistes, preuve en est concernant l’augmentation du budget qui leur est alloué depuis l’élection du Président de la République en 2012, malgré un contexte budgétaire difficile.

Ce que propose la droite

Durant les 10 ans de gouvernance de la droite, les outre-mer ont été laissés de côté. La droite n’a cessé de les considérer comme une charge pour les finances publiques, sans se préoccuper ni de son potentiel, ni sa diversité.

Le mépris exprimé à l’égard des outre-mer a été récurrent sous la présidence de Nicolas Sarkozy. Le désengagement budgétaire en a été la résultante. L’ancien président de la République a sacrifié les territoires ultra-marins, n’apportant aucune réponse appropriée à leurs difficultés.

Depuis, le seul sujet mis en avant par la droite est la remise en cause du droit du sol en outre-mer, en particulier pour Mayotte. La droite est davantage intéressée par la chasse aux votes d’extrême droite que par la résolution des problèmes que connaissent nos territoires ultra-marins.

Ce que propose le FN

Quant au Front national, il a toujours souhaité revenir sur le droit du sol, alors qu’il constitue l’un des fondements du pacte républicain et de notre identité.

Il souhaite supprimer en partie l’octroi de mer, recette fiscale la plus importante pour la majorité des collectivités des départements et régions d’outre-mer. Or celle-ci est essentielle à leur fonctionnement et à leurs investissements, condition sine qua non du développement économique du territoire.

Le Front national s’est très peu exprimé depuis 2012 sur leur avenir. Sa réflexion s’est arrêtée au lendemain de la campagne présidentielle de 2012. En définitive, aucune réflexion n’émerge quant à l’avenir de nos territoires ultra-marins.

Je veux réinstaurer la justice dans tous nos territoires, en métropole comme en outre-mer.

François Hollande, programme présidentiel de 2012

Sur le même sujet

Lancement de la délégation des ultra-marins en Hexagone
Actualité

Lancement de la délégation des ultra-marins en Hexagone

Ce jeudi 17 septembre a lieu rue de Solférino le lancement de la délégation...

Les billets

« L’oubli offense, et la mémoire, quand elle est partagée, abolit cette offense »
Outre-mer

« L’oubli offense, et la mémoire, quand elle est partagée, abolit cette offense »

Tribune de Corinne Narassiguin et Ericka Bareigts, parue dans le Huffington Post. En cette journée...