Vous ne pouvez pas aller voter ?
Pensez à faire une demande de procuration
Cliquez ici pour faire votre demande

Une politique de la ville juste et efficace pour rétablir l’égalité entre les territoires

Tous les territoires font intégralement partie de la République. Il appartient à la puissance publique de leur donner les moyens de leur développement pour permettre la justice sociale et l’égalité républicaine. C’est le rôle de la politique de la ville.

Les enjeux

Les rapports qui dénoncent les inégalités persistantes entre les territoires sont connus. Le chômage, notamment des jeunes, y est massif. La qualité des services publics, l’accès aux transports, à la culture, à des services de santé performants diffèrent d’un centre-ville aisé à un quartier périphérique.

Pourtant, les quartiers populaires des villes françaises accueillent une population jeune, mixte, riche et qui ne demande que l’égalité à laquelle chaque citoyen a le droit d’aspirer. Pour y parvenir, il s’agit de permettre les conditions du développement économique et de l’égalité républicaine.

Ce que proposent les socialistes

Les socialistes ont engagé de nombreuses réformes depuis 2012 et ont créé une nouvelle politique de la ville plus juste, plus efficace. La carte de la politique de la ville a été revue pour rendre son action plus efficace. Finies les interminables listes de type de quartiers, il n’y en a désormais qu’un : le quartier politique de la ville, doté d’un contrat de ville.

Le gouvernement a lancé un second plan national de rénovation urbaine de 20 milliards d’euros pour continuer les efforts entrepris.

Pour lutter contre le chômage endémique, des emplois d’avenir ont été ouverts et une agence publique a été instituée avec pour objectif de multiplier par quatre le nombre de créations d’entreprises. Des contrats d’insertion ont vu le jour et des crédits formation mis en place pour aider les jeunes sortis du système scolaire.

Pour assurer la sécurité de tous, des zones de sécurité prioritaires ont été dotées de moyens importants.

Les associations ont pu bénéficier de nouveaux crédits et le gouvernement a souhaité favoriser la prise de parole des habitants en instaurant des conseils citoyens.

Ce que propose la droite

Le budget de la politique de la ville avait été divisé de moitié (-46,24%) entre 2008 et 2012. Avec Nicolas Sarkozy, les quartiers ont connu une violence verbale sans précédent dans la bouche d’un ministre puis d’un président. Les habitants se souviennent encore du karcher de l’ancien président. Rien a changé depuis.

Les habitants des quartiers populaires n’ont pas oublié non plus le plan espoir banlieue qui n’a rien réglé aux problèmes du quotidien: Accès à l’emploi, au logement, à la santé, à une éducation de qualité, aux services publics… Depuis, la droite n’a pas travaillé et continue d’associer quartiers populaires et délinquance. Ils n’ont rien appris de leur échec.

Ce que propose l’extrême droite

L’extrême droite a toujours stigmatisé les quartiers. Elle voue aux gémonies la mixité sociale, le brassage de population que l’on trouve dans ces territoires. Elle espère réaliser des gains électoraux en opposant les banlieues au reste du territoire, en y associant la violence et tous les maux de la société.

Dans les territoires où le Front national est en responsabilité comme à Mantes la Ville, il supprime les crédits aux associations ou ferme des centres de vie sociale. Le FN nie l’existence d’une solidarité entre les territoires.

Ces derniers jours ont souligné beaucoup des maux qui rongent notre pays ou des défis que nous avons à relever. À cela, il faut ajouter toutes les fractures, les tensions qui couvent depuis trop longtemps et dont on parle peu (…) la relégation péri-urbaine, les ghettos, (…) un apartheid territorial, social, ethnique, qui s’est imposé à notre pays.

Manuel Valls, vœux à la presse, 20 Janvier 2015.

La politique de la ville, si elle n’est pas défendue au plus haut de l’État (…) ne peut résoudre les problèmes des banlieues les plus difficiles.

Claude Dilain, « Moi, Claude Dilain, maire de Clichy-sous-Bois, j’ai honte ». Tribune dans le journal Le Monde, 10 Avril 2010.

20 : C’est le nombre de milliards d’euros dont va bénéficier le nouveau plan de rénovation urbaine pour changer les quartiers.

Les billets

Point sur la situation des quartiers populaires
Villes et quartiers populaires

Point sur la situation des quartiers populaires

Retrouvez l’interview de Samia Ghali, Secrétaire nationale au logement, ville, quartiers populaires du Parti socialiste...

Quartiers: ne nous payons plus de mots, agissons
Villes et quartiers populaires

Quartiers: ne nous payons plus de mots, agissons

Retrouvez l’interview de Samia Ghali, Secrétaire nationale au logement, ville, quartiers populaires du Parti socialiste...