La démocratie sociale au service du progrès pour tous

 Le dialogue social a connu une révolution depuis 2012. Placée au cœur de la méthode du gouvernement, la concertation des partenaires sociaux permet d’obtenir un consensus fort sur les réformes engagées.

Les enjeux

Le dialogue social est un dialogue entre les organisations de salariés et d’employeurs dans l’entreprise, la branche, le territoire et le niveau national. Les partenaires sociaux gèrent de façon paritaire de nombreux organismes (Assurance chômage, retraites complémentaires, COPANEF, COPAREF etc.). Ce sont des acteurs privilégiés pour la politique sociale et économique de par leurs compétences dans ces domaines. C’est à ce titre que François Hollande a fait du dialogue social, sa méthode, depuis 2012.

Ce que proposent les socialistes

Le dialogue social est la méthode privilégiée par François Hollande depuis le début de son quinquennat pour réformer le pays. Cette méthode a fait ses preuves et a permis l’adoption de nombreuses lois issues d’accords nationaux interprofessionnels.

Le dialogue social permet un dialogue apaisé dans l’entreprise entre salariés et employeurs et permet également une meilleure compétitivité de l’entreprise. La loi relative au dialogue social et à l’emploi, adoptée le 17 août 2015, permet de renforcer la place de la démocratie sociale dans notre pays en mettant en œuvre des négociations simplifiées et plus équilibrées, en permettant une représentation de tous les salariés et également en promouvant les acquis issus de l’expérience syndicale. Le Parti socialiste défend le dialogue social et l’engagement de tous ses acteurs.

Ce que propose la droite

La droite souhaite remettre en cause ce modèle social et ce système de relations sociales né de l’après guerre. Pour elle, seul le marché peut assurer un bon pilotage de l’économie et de la mondialisation ; les acteurs sociaux et surtout les syndicats seraient donc des obstacles à cette libre concurrence. Le dialogue social est considéré comme une perte de temps et d’argent. Nicolas Sarkozy, pour qui les corps intermédiaires au premier rang desquels les syndicats, sont responsables de son échec en 2012, a la volonté de faire disparaître le paritarisme et de refonder notre modèle social pour le mettre entre les mains du marché.

Ce que propose l’extrême droite

Pour l’extrême droite, les syndicats actuels ne sont pas légitimes, ils « baladent les salariés et les escroquent » (Marine Le Pen). Le Front national veut faire disparaître notre modèle social pour en faire émerger un nouveau destiné uniquement aux Français dits de souche.

 Mon objectif, celui du gouvernement, c’est la réforme et ma méthode, celle du gouvernement, c’est le dialogue social. Le dialogue social n’empêche pas la prise de décision.

François Hollande, le 19 octobre 2015

Sur le même sujet

Le dialogue social, « une condition du progrès »

Le dialogue social, « une condition du progrès »

Les partenaires sociaux et le gouvernement se sont réunis lundi 19 octobre pour la...

La conférence sociale pour l’emploi : le dialogue social au cœur

La conférence sociale pour l’emploi : le dialogue social au cœur

La conférence sociale pour l’emploi se tient aujourd’hui au Conseil économique social et environnemental...