Le commerce et l’artisanat, créateurs de lien social

Le commerce et l’artisanat ont connu de profondes mutations au cours des trente dernières années, notamment via le développement de la grande distribution. De nouvelles transformations sont en cours, via le numérique, et doivent être accompagnées.

Les enjeux

Les mutations du paysage commercial et artisanal sont lourdes de conséquences. De nombreux centre-ville connaissent une forme de désertification qui porte atteinte à la vitalité économique des communes concernées. Or, le commerce est à la fois une source d’emplois non délocalisables et un outil majeur d’aménagement urbain.

Si les commerces de centre-ville ont souffert de l’émergence de la grande distribution généralistes, les artisans ont quant à eux connu la concurrence féroce sur les prix des grandes surfaces spécialisées (bricolage, ameublement, etc.).

Par ailleurs, le développement de centres commerciaux toujours plus imposants évolue en une véritable bulle spéculative.

Ce que proposent les socialistes

Une nouvelle économie de proximité doit être repensée.

Pour cela, la loi artisanat, commerce et très petites entreprises du 18 juin 2014 offre de nouvelles perspectives aux professionnels en s’attaquant à la fois à la question immobilière (loyers, baux et implantation), ainsi qu’à la facilitation de la reprise d’activité. Pour redonner confiance en l’artisanat, la loi organise un renforcement des contrôles de qualifications et d’assurances. Enfin, le statut d’entrepreneur individuel est simplifié par la création du régime unique de micro-entreprise.

Ce que propose la droite

Après avoir créée un statut de l’auto-entrepreneur déséquilibré et porteur de distorsions de concurrence, la droite ne réalise son erreur qu’après que le problème ait été corrigé dans la loi artisanat commerce et très petites entreprises.

Ce que propose l’extrême droite

Hormis des vœux pieux imprécis sur l’opposition à la désertification des centre-ville et la disparition des petits commerces de proximités, l’extrême droite revient vite à son cheval de bataille avec une proposition de loi Achetons français, visant à mettre en place une discrimination aujourd’hui illégale dans le droit européen pour les achats des collectivités.

3 000 000 d’actifs dans l’artisanat
790 000 entreprises de commerce

Sur le même sujet

Sylvia Pinel présente ses 50 mesures pour agir pour le commerce et les commerçants

Sylvia Pinel présente ses 50 mesures pour agir pour le commerce et les commerçants

Mercredi 19 mai, la ministre de l’Artisanat, du commerce et du tourisme a présenté...

Une action renforcée du gouvernement en faveur des artisans et des commerçants

Une action renforcée du gouvernement en faveur des artisans et des commerçants

La profession a récemment formulé plusieurs demandes, lesquelles seront discutées entre les partenaires sociaux...