L’innovation, vecteur de croissance pour l’industrie et les entreprises

Le redressement de l’économie française ne peut se faire sans un accompagnement sérieux des entreprises, tant pour assister leur développement que pour permettre l’émergence de nouvelles filières industrielles innovantes.

Les enjeux

Notre pays connaît depuis les années 1970 un mouvement continu de désindustrialisation au profit du secteur tertiaire. En cause notamment la compétition économique centrée sur le coût de production qui a créé un déséquilibre entre la France et les pays émergents. Pour autant, le coût horaire du travail n’est pas le seul facteur différenciant pour les entreprises, l’innovation permet la montée en gamme et une compétitivité hors coût.

Un mouvement de réindustrialisation créateur d’emplois est aujourd’hui nécessaire en France pour lutter durablement contre la montée du chômage.

Par ailleurs, l’environnement administratif et légal des entreprises pose question. La superposition de normes administratives, comptables et financières crée un écosystème complexe freinant le développement des petites, moyennes et grandes entreprises françaises.

Ce que proposent les socialistes

Depuis 2012, plusieurs pistes ont été lancées pour aider les entreprises à gagner en compétitivité, pour simplifier leurs démarches et pour faciliter l’émergence de nouvelles filières industrielles innovantes.

Le choc de simplification a d’ores et déjà raccourci plusieurs délais administratifs et facilité de nombreuses démarches pour les entreprises. En généralisant, à quelques exceptions près, la règle du « silence vaut accord », le gouvernement permet aux entreprises d’accélérer leurs actions, qu’il s’agisse de constructions, d’investissement ou d’autres initiatives. Dans le même esprit, l’accès des PME aux appels d’offres a été largement simplifié, leur permettant d’accéder à un marché dont elles étaient souvent exclues jusqu’à présent.

L’accent a également été mis sur la compétitivité et l’investissement. Le CICE a permis, en rendant aux entreprises une part du produit de l’impôt sur les sociétés, de relancer l’investissement en recherche et développement, vecteur essentiel de gain de compétitivité hors coût. Le pacte de responsabilité et de solidarité a lui permis des gains de productivités immédiats, tout en renforçant le pouvoir d’achat des français au travers de baisses d’impôts et de revalorisations de prestations sociales.

Enfin, le lancement de la Nouvelle France Industrielle aura permis l’émergence de 34 plans dans sa première mouture, puis d’une dizaine pour sa phase 2. Imaginés pour permettre l’éclosion de l’industrie du futur, ces plans concernent des secteurs aussi variés que la ville durable, la médecine du futur, les objets intelligents ou les nouvelles ressources.

Ce que propose la droite

Temps de travail, droit social, seuils : au lieu de s’interroger sur les moyens de soutenir les entreprises et de faire de la France le pays en pointe sur les industries émergentes, la droite française se contente de se caricaturer en reprenant sans cesse les mêmes thèmes. A force de ne réfléchir qu’à la fin des droits des travailleurs, aucune solution de relance économique n’apparaît à droite.

Ce que propose l’extrême droite

Pour l’extrême droite, la seule question importante est celle de l’étranger : fermer les frontières, taxer toutes les importations, telles semblent être les seules solutions apportées par le Front National.

Il s’agit d’aller plus vite, plus loin, d’accélérer et d’approfondir. Nous n’y parviendrons qu’avec la mobilisation de tous et notamment des entreprises. Et c’est pourquoi j’ai proposé le pacte de responsabilité.

Pourquoi ce pacte ? Parce que le temps est venu de régler le principal problème de la France, la production. Il nous faut produire plus, il nous faut produire mieux.

François Hollande, Conférence de presse du 14 janvier 2014.

Sur le même sujet

Tribune de Corinne Narassiguin « L’économie dirigiste est derrière nous »
Tribune

Tribune de Corinne Narassiguin « L’économie dirigiste est derrière nous »

Retrouvez cette tribune de Corinne Narassiguin, porte-parole du Parti socialiste, dans l’article « Quelle politique...